AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 197
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeJeu 27 Juin - 15:18



Cry, Baby, Cry !
ft. Eddy Cortn>




Il s’est écoulé une semaine depuis la naissance de Lucky et je n’ai toujours aucune nouvelles d’Eddy bien que Bella m’assure qu’elle a bel et bien passé le message et qu’elle a même tenté sa chance à deux ou trois autres reprises, toujours sans succès. Donc, pas besoin d’un dessin encadré de néon fluorescent pour que je comprenne que notre histoire s’est terminée comme elle a commencé : sans qu’on s’en rende vraiment compte.

Ce qui me fait le plus mal là dedans, hormis que je l’aimais sincèrement, c’est de me dire que peut-être que ce petit bonhomme qui lutte pour sa vie n’aura pas la chance de grandir dans une famille uni. J’aurais aimé qu’il me le dise en face, plutôt que de me laisser me morfondre en fin de grossesse puis, sachant que son fils était né, qu’il ne daigne toujours pas donner signe de vie.
Je suis certaine qu’on l’a mis au courant. Pourquoi chaque fois que je l’ai appelé en tournée, il a eu le message et me rappelait et que cette fois il en serait différent ? J’avoue que mon idée est déjà faite et que je n’ai pas l’énergie pour me torturer l’esprit avec les milliers de questions qui pourrait m’aider à comprendre quelque chose.

Tous les jours depuis sa naissance, on ne cesse de me dire que mon fils est n grand prématuré, que sa survie dépend de sa combativité, que tous les facteurs sont vitales et que pour le moment, il est trop tôt pour dire s’il survivra. C’est au jour le jour et chaque petite victoire est une goutte d’eau dans l’océan qu’il doit traverser, en pleine tempête qui plus est.

Et je n’en mène pas large. Déjà parce que l’accouchement vient avec un débalancement hormonal incroyable et difficilement gérable, et parce que j’ai perdu beaucoup de sang lors de la césarienne. Ils ont su m’éviter une l’hémorragie qui m’aurait été fatale, c’est déjà ça. Cela dit, j’ai quand même pas trop la forme, mais ça aussi, je dois le prendre un jour à la fois.

Bella est passé avec ma valise et celle du petit et j’ai eu droit de lui mettre son bonnet de Roadtramp. Luck lui ressemble tellement, à Eddy, que je ne peux pas lui renier ses origines. Même si je le voulais, j’en serais incapable. Et puis, tout comme sur la photo de l’échographie que j’ai pu obtenir, le petit a une drôle de façon de placer ses doigts pouces, majeur et l’annulaire replié.

- Tu feras quoi s’il se pointe ?


- Rien, que veux-tu que je fasse ? Et puis si ça se trouve, j’ai tout imaginé… Bella, j’en sais foutrement rien !

Je suis perdue, dans le brouillard total et ma seule raison de continuer de naviguer en eaux troubles, c’est ce petit être qui me donne une bonne leçon de courage au travers son incubateur qui le maintient au chaud.

Comme tous les jours, je suis installée dans une berçante placée près de l’incubateur de Lucky et je ne fais rien d’autre que de lui parler, dans ma tête tout en le regardant au travers du plastique transparent. Je surveille tous ses mouvements, pour le peu qu’il ne bouge. J’observe sans cligner des yeux les soins et tout ce que les infirmières et médecins peuvent faire et je ne me gêne pas pour poser toutes les questions possibles et imaginables. Mais celle qui revient le plus souvent et pour laquelle il me tarde d’obtenir une réponse favorable :

- Quand est-ce que je pourrai le prendre ?

Bientôt qu’on me dit.

Alors, forcément, dans ma tête de nouvelle maman, bientôt pour moi est synonyme d’espoir. Le jour où je pourrai le prendre contre mon cœur, mon fils sera tiré d’affaire.

Je ne m'absente jamais bien longtemps, toujours aussi convaincue que je pourrais rater quelque chose de la vie de mon fils, ce que je ne me pardonnerais pas. Il faut tout de même parfois que j'aille manger, ou simplement prendre une bouffée d'air a l'extérieur de l'hôpital, juste pour conserver un peu d'équilibre.

Je ne me suis absenter qu'une vingtaine de minutes et, a mon retour, on m'annonce qu'un visiteur est auprès de mon fils.  J'enfile la chemise réglementaire jaune et le masque, avant d'entré dans la pouponnière. Je m'attends a voir Evan, mais ce n,est pas la légende de la musique que je trouve déguisé en poussin, debout devant l'incubateur de mon fils, mais quelqu'un que je n'espérais plus.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2190
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeSam 29 Juin - 10:36



Cry, Baby, Cry
ft. Carolyn Adam


J’étais revenu d’Australie hier avec le groupe. Il était super tard et j’étais retourné chez Clepto avec les autres. On avait bu encore un peu, puis on avait dormi. C’était quand même trop tard pour aller voir Lynn et puis je voulais préparer dans ma tête ce que j’allais dire, comment j’allais amener ça… Mais la seule question que me revenait encore et encore, c’était : est-ce que c’était le bon moment ?

Elle était en fin de grossesse difficile, je voulais pas que ce que j’avais à dire la fasse baisser les bras, qu’elle abandonne quand viendrait le temps de vraiment s’accrocher, le jour de l’accouchement. Est-ce que je devais pas garder ça pour moi et faire bonne figure jusqu’à la fin ? Et régler mes comptes après, si tous deux survivaient ?

Est-ce que ce serait mentir ? Parce que si je mentais maintenant, est-ce que je pourrais encore lui reprocher d’avoir menti quand on s’était rencontrés ?

Putain… C’était un mensonge inutile en plus. C’était ça qui me frustrait le plus ! Elle m’avait menti alors que ça n’avait aucune putain d’importance !

Le problème, c’était que maintenant, j’avais plus confiance en elle, et sur rien ! Pour un putain de mensonge inutile ! Bon, ok, j’avais peut-être été naïf de la croire, de mon côté. Mais putain, est-ce qu’on peut vraiment m’en vouloir d’avoir eu foi en l’humanité ? Bon… j’avais appris… J’avais un peu moins foi en l’humanité maintenant.

J’avais pas dormi, avec tout ça… J’avais bu encore une ou deux bières tout seul au milieu des ronflements des autres qui avaient bien mérité de dormir non-stop pendant un mois. La tournée avait été une sacrée réussite. Malgré tout…

Quand j’en avais eu marre que les questions tournent en boucle et que le soleil avait été levé, je m’étais levé aussi. J’avais embarqué le petit kangourou en peluche que j’avais acheté à l’aéroport avant de quitter l’Australie. Parce que, que ce soit mon fils ou non, un bébé allait quand même naître, dans l’histoire et il en pouvait rien… Et je m’en voudrais de pas lui offrir quelque chose.

Et je devais le faire maintenant, si jamais ça clashait avec Lynn. Bien que j’en avais pas envie. Parce que comme je le disais, fallait qu’elle ait le moral pour survivre à l’accouchement.

Je m’étais rendu à l’ancien appartement de Sniper… Est-ce que Lynn avait aussi couché avec Sniper pendant que j’étais en tournée ? Je soupirai à cette pensée en appuyant sur la sonnette avant de me reculer parce que je savais que Bella allait d’abord venir voir à la fenêtre qui c’était avant de descendre ouvrir.

Et quand elle passa sa tête par la fenêtre, son regard m’aurait fait fondre en larmes de rire tellement il était épique.

-Eddy !

Sauf que j’étais pas trop d’humeur à rire, en plus d’être crevé parce que j’avais pas réussi à dormir, alors j’avais juste levé la main pour la saluer.

-Je viens voir Lynn… J’ai un… Tiens regarde…

Je levai la peluche kangourou mais elle n’était déjà plus à la fenêtre et j’entendis la clé tourner dans la porte d’entrée pour me retrouver face à elle.

-Mais Lynn est à l’hôpital depuis une semaine ! Lucky est né ! Où est-ce que t’étais ?!

Ce fut à mon tour d’écarquiller les yeux et de l’attraper par les épaules.

-Comment ils vont ?!

Elle prit mon visage entre ses mains et je ne savais pas, et probablement elle non plus, si elle voulait pleurer ou rire.

-Tu n’as pas reçu mon message, hein ? Ce n’est que ça ! Tu n’as pas reçu mon message !

Je secouai la tête, complètement blême.

-Non ! Non, je n’ai eu de message de personne ! Je n’ai pas téléphoné non plus ! Réponds à ma question, Bella !

Elle sourit entre ses larmes qui coulaient et moi, je l’avais un peu secouée comme pour en faire sortir la réponse.

-Ils vont bien… Mieux qu’on aurait pu l’espérer en tout cas. Ils vivent, tous les deux. Lucky est un grand prématuré, Eddy. Mais c’est un guerrier, il s’accroche.

J’étais bouche bée.

-Lucky…

C’était à mon tour de laisser mes larmes couler et je lâchai Bella. En ce qui me concernait, c’était des larmes de soulagement et la nouvelle venait de balayer toutes les questions que j’avais, ça pouvait attendre…

-Ouais… Lucky… Il porte bien son prénom. Tu veux aller le voir ? Lynn sera contente de te voir.

Et je ne pouvais nier que je serais heureux de la voir en vie moi aussi. Alors j’avais hoché la tête et on était parti pour l’hôpital sans plus de cérémonie… Avec la vieille bagnole de Bella. Heureusement qu’elle en avait une parce que déjà pour venir jusque dans l’Eastside, avec tous les gens qui me reconnaissaient, ça avait pas été une sinécure et j’avais fini par appeler un taxi entre deux arrêts, sinon j’allais jamais y arriver.

Une fois à l’hôpital, et alors que Bella marchait d’un pas décidé vers la chambre de Lynn, je l’avais rattrapée par le bras. Je ne voulais pas voir Lynn, pas avant d’avoir vu le petit. Je voulais voir le bébé d’abord. Belle avait semblé surprise mais je ne lui avais pas vraiment laissé le choix. Les infirmières en néo-natalité avaient l’air de bien connaître Bella et elle me présentait à chaque fois comme étant le père du bébé. Je me retenais de dire que j’en étais pas si sûr, me contentant de sourires fatigués et de répondre simplement aux félicitations sur la tournée et autre visages admiratifs.

J’avais l’impression de faire partie de l’équipe qui avait gagné la dernière finale du superbowl.

Bella annonça qu’elle allait me laisser faire connaissance avec Lucky et qu’elle allait boire un truc à la cafétéria et finalement, je me retrouvai face à l’incubateur de Lucky, dans une tenue horrible et inconfortable… L’infirmière qui m’accompagnait affirma qu’il était encore un peu tôt pour savoir si le petit était tiré d’affaire à 100%, mais qu’ils avaient très très bon espoir. Mais je l’écoutais à peine, sa voix me venait de loin… Je me penchai sur l’aquarium dans lequel mon fils était, posant la peluche dessus, avec son petit bracelet sur lequel il était écrit « Lucky ».

-Bon… Je crois que je vais laisser tomber l’idée du test de paternité…

Il était comme… « pas fini » et pourtant… J’avais aucun putain de doute. Suffisait de le voir… avec son petit bonnet Roadtramp… Je savais même pas qui avait des produits dérivés pour les enfants…

Bref, quelque part, ça me soulageait d’un poids. Ça faisait un mensonge en moins sur la liste. L’infirmière, elle, me regarda avec un air choqué et moi, je la regardai en haussant les épaules avant de reposer mes yeux sur mon fils.

-Tiens bon, hein… Tiens bon, Lucky… Y a plein de trucs qui faut que je te montre.

J’entendis quelqu’un entrer dans la salle et me retournai pour voir Carolyn, pâle, les traits tirés, mais bien vivante. Je lui souris, complètement crevé, et puis vins vers elle, en tremblant un peu sous le coup de l’émotion et du soulagement. Et aussi un peu parce que je commençais à avoir soif mais je pouvais encore attendre un peu.

Je ne dis rien, je pris d’abord son visage entre mes mains pour la regarder dans ses yeux verts, puis l’embrassai sur le front pour la prendre dans mes bras et lui caresser le dos. En mettant de côté tout le reste, d’humain à humain, j’étais heureux de la voir debout sur ses jambes, même si elle n’avait pas l’air en forme.

J’avais pas l’air beaucoup plus en forme, de toute façon. D’ailleurs, une des infirmières avait vraiment insisté pour que je mette vraiment bien la combinaison pour entrer parce qu’il fallait pas que je refile la jaunisse au petit. Mais comme il était quand même bien protégé aussi dans son aquarium, on m’avait laissé entrer quand même.

-Tu l’as fait… Tu l’as fait. Vous avez réussi.

Je la serrai un peu plus fort, mais pas assez pour faire mal, je faisais gaffe quand même.

-Vous m’avez foutu une de ces trouilles… Nom de dieu…

@ Billy Lighter



Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 197
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeSam 29 Juin - 17:18



Cry, Baby, Cry !
ft. Eddy Cortn>






Depuis son départ pour l’Australie, Eddy m’a offert un silence radio le plus total. Un truc qui ferait comprendre à n’importe quelle fille, qu’il ne désir plus continuer avec elle, d’autant plus qu’on ne peut pas dire que notre dernière soirée ensemble fut celle d’un couple amoureux qui va bien. Il est arrivé saoul et il a pour ainsi dire profiter de mon lit pour cuver. Ça été ça, notre dernière soirée ensemble.

Est-ce que je lui en veux ?  Je n’en sais trop rien.

Depuis que Lucky est né, plus rien dans ma tête n’a le même sens. Il est désormais ma seule et unique raison de vivre et ma seule préoccupation. Je n’ai pas le temps ni la force mentale de tergiverser sur mon couple, ou ce qu’il en reste.

Peut-être est-ce pour cela que je suis surprise de voir qu’Eddy est (enfin) là, comme si soudainement, nous venions de prendre le dessus sur ce qui peut être intéressant pour lui, autre que la bière, son groupe, sa bière et j’oublie quoi… ah, sa bière ! Je me souviens m’être fait une réflexion, en voyant une image de lui en tournée entrain de se vider une bière sur la tronche, s’il avait déjà été sobre une seule fois pendant que nous étions ensemble.

Il semble l’être en ce moment, c’est peut-être pour ça qu’il tremble quand il vient m’enlacer, avant de me regarder, yeux dans les yeux.  Je suis émue, fatiguée et effrayée par la suite des choses.  Pour Eddy et moi mais surtout pour Lucky. Il a remporté plusieurs combats depuis sa naissance. Il ne cesse d’impressionner les médecins qui entre eux, l’appel  ‘’ Le P’tit Guerrier’’.  Il en est un. Et pas n’importe lequel puisqu’il est mon fils et que je lui aurai au moins donné ça de bon : ma grande détermination ! Je me suis battue pour lui, pour mener ma grossesse aussi loin que possible et ce, malgré la peur de ne jamais le voir grandir.  Je l’ai fait, même si on m’a dit que j’étais folle, de risque ma vie pour un bébé dont on ne savait même pas si lui-même allait vivre.

- Faut croire que j’ai eu raison de me battre.  Parfois, ça vaut la peine de se battre pour ce que l’on veut vraiment.

Il fait monter mes larmes en ajoutant que nous lui avons vraiment foutu la trouille. Peut-être est-ce pour ça qu’il n’a pas donné de nouvelles. Parce qu’il avait peur et qu’il s’est dit que tant qu’il ne savait pas, rien ne pouvait arriver. C’est comme dans les fils de peur, quand la victime se cache et ferme les yeux en se disant que si elle ne voyait pas le meurtrier, lui non plus ne la verra pas… Si Eddy n’était pas confronter à sa peur, il ne pouvait pas avoir vraiment de raison d’avoir peur ?  Vous suivez mon raisonnement ?

Je me dégage de son étreinte doucement pour m’approcher de l’incubateur et reprendre le contact visuel avec mon fils.  Il n’a bien évidement pas bougé, il n’a pas encore la force de faire l’horloge, là dedans alors qu’étonnement, dans mon ventre, on aurait dit qu’il était adepte de sports extrêmes, la boxe surtout !

- Il a eu des problèmes avec son cœur puis ses reins. Il a encore beaucoup de difficulté c’est pour ça que je ne peux pas lui donner mon lait, de toute façon, j’en ai pratiquement pas à lui donner. C’est dingue quand même, je pensais être en mesure de lui donner au moins ça, vu la grosseur qu’ils avaient à la fin. Puis là c’est son cœur qui fait le con. Il manque rate des battements tous les quatre battements et ils vont aussi lui faire passer des tests pour l’activité cérébrales.

Ça en fait de l’information en vrac, mais c’est rendu mon quotidien, alors je ne fais pas gaffe à Eddy qui doit tout assimiler, parce que pour moi, c’est normal comme langage depuis sept longues journées. Et encore, il est chanceux. Je ne lui ai pas parlé des possibles séquelles que notre fils pourrait avoir. Retard de développement, paralysie cérébrale partiel, trouble cardiaque et pulmonaire, j’en passe et des bien pires.

Ma voix se brise sur la finale quand j’ajoute que je n’ai même pas encore pu le prendre dans mes bras.

- Ni même le toucher, du bout des doigts. Ce n’est même pas moi qui lui ai mis son petit bonnet que lui a fait Bella. Le seul contact que je peux avoir avec Lucky c’est au travers de ce fichu aquarium, au point où j’en suis devenue obsédée. Je  ne fais pratiquement rien d’autre que de passer mes journées à le regarder.

Je lève le regard vers Eddy, en haussant des épaules.

- Je me suis dit qu’il pouvait sentir que j’étais là pour lui.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2190
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeDim 30 Juin - 21:30



Cry, Baby, Cry
ft. Carolyn Adam


Ils étaient vivants, tous les deux. Bella me l’avait dit, évidemment, mais les voir, c’était une autre histoire. C’était plus réel. Et je me sentis d’un coup plus léger. Le petit était vraiment très petit, mais il respirait et avait déjà des traits assez reconnaissables pour que je laisse tomber l’idée du test de paternité. Et Carolyn était là aussi… pâle et fatiguée, mais debout sur ses deux jambes.

J’étais allé la prendre dans mes bras, comme pour me confirmer qu’elle était bien là. J’étais heureux qu’elle soit en vie. Je souhaitais la mort de personne et surtout pas de quelqu’un de proche de moi. Et elle avait dû en voir ces derniers jours. Putain… 7 jours… Comment j’avais pu rester 7 jours sans savoir que mon fils était né ? J’étais si profondément dans le cake ?

Parce que Bella avait essayé de téléphoner… Et je croyais Bella.

Mais comment ça se faisait que j’avais jamais eu l’appel ? Bref… C’était trop tard maintenant, de toute façon. Et quelque part, ça était pas si mal tombé parce que j’aurais pas su quoi faire si on m’avait annoncé avant la fin de la tournée que Lucky était né.

Carolyn déclara qu’elle avait eu raison de se battre, que ça valait la peine.

Avant de s’approcher de l’aquarium du petit pendant que l’infirmière quittait la pièce. Je m’approchai aussi, lui montrant la peluche kangourou que je lui avais ramenée. Puis elle me balança tout à la tronche, d’un coup. Rien n’était fini, Lucky était pas tiré d’affaire juste parce qu’il avait survécu à sa naissance. Y avait encore plein de trucs qui pouvaient foirer. Ses reins, son cœur, son cerveau…

Déjà qu’élever un enfant tout à fait plein de vie et tout, j’étais pas sûr d’être à la hauteur mais en plus, si notre fils était… s’il avait des problèmes et tout…

Je me rappelais ce putain de rêve que j’avais fait en tournée, celui où on me donnait un petit bébé et qu’on me disait : « tiens, Eddy… Plus de concert, plus de Roadtramp… Il faut t’occuper de lui maintenant. »

Putain, j’étais pas prêt pour ça.

Je sentis ma tête tourner…

-Je vais vomir…

Mais non, je ne vomi pas, je reculai juste jusqu’à pouvoir m’asseoir. Je frottai mon visage à deux mains, virant le masque que je portais devant la bouche au passage. Au point où on en était, hein… Et avec ça, elle n’avait même pas le droit de le toucher. Je frottai mes yeux en tremblant.

-T’as du vivre un putain d’Enfer… Et je suis désolé, j’ai… j’ai pas reçu la nouvelle, j’ai pas reçu d’appel. J’en ai pas passé non plus, en même temps…

Je soupirai et répétai ses mots, qu’elle avait prononcés un peu plus tôt.

-Ça valait le coup de se battre…

J’en étais pas sûr et ça me filait la nausée. On aurait du arrêter les frais dès qu’on avait su que la grossesse était plus qu’à risque. Parce que maintenant, Lucky était né… et il était né pour souffrir. Merci papa et maman.

Je secouai la tête et regardai Lynn.

-Dis-moi que c’est juste des tests à passer… Des formalités de protocole ou je sais pas quoi. Dis-moi que dans quelques jours, on pourra le prendre dans nos bras et le rassurer !

Ma voix était en train de se casser, même si je pleurais pas, pas encore.

-Dis-moi que j’ai vraiment pas eu tort de ne pas insister pour qu’on arrête tout tant que personne allait encore souffrir de tout ça.

Je me laissai aller en arrière sur le fauteuil que j’occupais et qui devait être celui de Carolyn.

-Dis-moi qu’on a ruiné, ni notre, vie, ni celle de Lucky.

Parce que le poids que je venais de perdre en les voyant vivant venait de brutalement me retomber dessus.

@ Billy Lighter



Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 197
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeLun 1 Juil - 1:12



Cry, Baby, Cry !
ft. Eddy Cortn>






Je peux sembler désillusionnée vis à vis de Lucky en balançant sans ménagement à Eddy toute la liste des peut-être et des on ne sait pas et je ne l’ai pas fait pour me venger d’avoir être absent.  Tout ce que je viens de lui dire fait malheureusement partit de mon quotidien depuis sept…longues…journées !  Je peux compter les bonnes nouvelles sur les doigts d’une main alors que les mauvaises, je pourrais remplir un van avec !

Il est le père, alors il a droit de savoir l’heure juste, lui aussi.  Peut-être que j’aurais dû lui présenter autrement, enrouler la pilule dans le sucre, mais à quoi bon ? Si ça ne venait pas de voir, le médecin qui ne va sans doute pas tarder à venir faire son petit tour s’en serait chargé et avec des termes tellement compliqués que ça aurait au final sembler bien pire !

Eddy recule jusqu’à tomber assit dans mon fauteuil, les yeux un peu dans le vide, retire son masque pour se passer la main dans le visage, puis pour se frotter les yeux avant de se dire désolé pour ce que j’ai pu vivre. Mais pas de ne pas avoir donné de nouvelles… Non pour ça, il ne dit rien. Seulement qu’il n’a pas eu le message.

Alors quoi ?  Pendant tout ce temps là, pas une seule fois il s’est dit que ce serait peut-être bien de passer un coup de fil à la fille qui porte son enfant, question de savoir, entre deux bières, comment elle va ?

Il semblerait que non.  L’idée qu’il s’envoyait des Australiennes pas dizaine commence de plus en plus à germer dans ma tête.

Puis je le regarde, un peu interloquée, quand il répète que ça valait la peine de se battre mais sur un ton qui voudrait laisser croire qu’en fait, c’était une putain de mauvaise idée.

- Bien sûr, que ça valait la peine ! C’est notre bébé, Eddy !

Je pousse un long soupire en me retournant vers l’incubateur de Lucky sur lequel trône désormais un petit Kangourou en peluche, écoutant Eddy presque me supplier de lui dire ce que je ne sais même pas moi-même. Ses paroles sont blessantes, égoïstes même.  Ok oui, je peux comprendre que si nous devions élever Lucky avec de grands troubles de développements, qui demande des soins constants, ce serait loin d’être la vie que nous avions rêvé mais peu importe, cet enfant là est né et je me sens capable de l’aimer au-delà de toutes les embuches.

Et qui dit qu’il ne serait pas un gosse génial même s’il devait être paralysé ou  aveugle ou je ne sais quoi d’autre de pire. Si ça se trouve, il sera juste un petit con qui nous en fera voir de toutes les couleurs et un soir de grande fatigue, quand nous l’aurons remis au lit pour la centième fois, nous aurons cette pensée horrible de se dire que s’il avait été cloué dans un fauteuil, nous aurions qu’à fermer la lumière pour être tranquille.

- C’est n’importe quoi, ça Eddy !

Je lui fais toujours dos et c’est mieux ainsi. Parce que je ne veux pas qu’il me voit pleurer.

- Tu te pointe ici comme ça, sans avertir, alors que je me disais que tu nous avais simplement  oubliés, pour me demander de te rassurer ?

Combien de nuit j’ai pleuré, morte de trouille, ne sachant pas si j’allais vivre, si je mettrais au monde un bébé mort-né ? Puis petit à petit, me sentant de plus en plus seule avec mon ventre et mes angoisses, n’ayant plus aucune nouvelle d’Eddy,  s’est amenée la peur d’élever mon bébé toute seule et, une fois né, tout ce que je devrais surmonter, un putain d’enfer qu’il a dit.

- J’ai perdu beaucoup de sang, mais j’ai été chanceuse, ils ont pu éviter l’hémorragie qui m’aurait tué. C’est passer tout près, mais juste avant, je l’ai entendu pleurer, quand ils l’ont sortit de mon ventre.  Si tu avais entendu… la rage de vivre.

Lucky bouge ses petites orteils puis étire l’un de ses bras ce qui me fait sourire, et même, rire un peu, malgré les sanglots qui s’étrangles dans ma gorge.

- Il n’avait même pas une minute de vécue et il m’a donné la plus grosse leçon de courage.

Je me retourne en essuyant mon visage, en essayant d’être forte, comme me l’a montré mon fils, pour qu’il soit fier de sa maman et qu’il sente bien que je suis là, avec lui pour qu’il puisse continuer de se battre.

Alors quoi ? Je devrais lui dire que je suis désolée si la perspective de ne pas avoir peut-être  un fils parfait lui fasse peur ? J’ai peur moi aussi

- Tout ce que je peux te dire, c’est ce que m’ont dit les médecins. Un jour à la fois. Il a déjà remporté plusieurs batailles, mais la guerre n’est pas finie.  Un jour à la fois et plus que jamais, il a besoin de nous sentir auprès de lui.

À savoir s’il se sent assez fort pour traverser cette autre tempête avec moi.  Si j’ai compris une chose depuis qu’il est partie pour l’Australie, c’est que je ne peux pas l’obligé à rien, même à prendre de nos nouvelles.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2190
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeSam 6 Juil - 12:08



Cry, Baby, Cry
ft. Carolyn Adam


Carolyn était choquée que je laisse entendre que ça en valait peut-être pas autant la peine qu’elle le pensait, de prendre tous ces risques. Mais elle, elle en démordait pas. C’était notre bébé qu’elle disait… Et en plus, elle m’en voulait de vouloir être rassuré ! Le tout avant d’essayer de se faire plaindre avec des « j’ai perdu beaucoup de sang », « j’ai failli mourir »… Bouhou ! Putain mais c’était pas moi qui l’avait obligée à vivre ça jusqu’au bout ! Au contraire !

Et maintenant, fallait vivre un jour à la fois ? Le putain de suspens était pas encore fini ?!

Je relevai les yeux, le teint beaucoup trop jaune et les traits tirés autant que tristes et lui pointai le putain d’aquarium dans lequel Lucky tentait tant bien que mal de finir sa croissance.

-C’est n’importe quoi ? J’ai l’impression d’entendre ma mère ! La vie à tout prix ! Je ne considèrerai que ça en valait vraiment la peine que quand je saurai que ce petit gars ne souffre plus et qu’il pourra avoir la vie de n’importe quel autre petit garçon.

Je ne criais pas… mais c’était limite.

-Sans ça, ta belle et grande décision de ne pas mettre un terme à tout ça au moment où on le pouvait encore sera la pire manifestation de putain d’égoïsme que j’aurai jamais vu. Parce que non seulement tu auras souffert toi et tu souffriras peut-être encore toute ta vie s’il est… s’il est handicapé…

Faut dire ce qui est… Et c’était déjà beaucoup trop compliqué que pour que j’emploie pas les mots qui existaient pour dire ce qu’il en était. Et j’étais vraiment pas prêt à ça. Déjà, je savais pas si j’étais prêt pour un môme tout fait normal, mais alors si ça tournait mal !

-Mais en plus, moi, je souffrirai aussi de pas avoir insisté pour que tu sauves ta vie et lui épargne tout ça. Qu’on ait une chance de repartir de zéro et de faire les choses bien ! Et pour finir, t’auras carrément condamné un gosse à vivre quoi ? Une demi-vie ? Alors qu’on le savait ! Alors qu’on nous avait dit qu’il y avait très peu de chance que cette grossesse ait un happy end !

Plus je parlais, plus mon ton montait.

-Alors ouais ! Ouais, j’ai besoin d’être rassuré ! J’ai 23 ans et j’ai rien demandé ! Et très sincèrement, j’espère que la décision de ne pas stopper la grossesse quand elle a commencé à merder est vraiment qu’une question d’égo de ta part ! Et pas ce que beaucoup de gens autour de moi soupçonnent que c’est.

Mon regard s’assombrit et je fronçai les sourcils.

-Je ne sais pas combien de fois j’ai nié à ces gens que ton intention soit uniquement de pouvoir tirer profit de ça. Mais là… aller jusqu’à mettre la vie d’un bébé en danger, condamner un gosse à être un putain de légume, ce serait vachement aller loin par appât du gain. Je sais pas combien de fois j’ai répété que je te faisais confiance, que t’étais pas ce genre de fille.

Je serrai les poings sur les accoudoirs du fauteuil.

-Mais je sais que tu m’as menti au moins une fois maintenant. Parce qu’on me l’a dit. Alors pour la confiance, on repassera. Parce que t’as très bien pu me mentir aussi quand t’a dit avoir oublié la pilule…

Je regardai vers l’aquarium.

-J’ai même été jusqu’à penser que Lucky était peut-être même pas de moi, hein, tant qu’à faire !

Quand je l’avais vu, cette hypothèse était tombée à l’eau recta. Lucky était bel et bien mon fils et j’allais le reconnaître comme tel. Mais faire confiance à Carolyn, ça allait être extrêmement difficile, désormais.

@ Billy Lighter




Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 197
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeSam 6 Juil - 15:39



Cry, Baby, Cry !
ft. Eddy Cortn>





Il est question de notre fils, enfin, c’est ce que je croyais mais en fait, ce que je comprends, pour Eddy il n’est question que de son petit nombril. Ça toujours été comme ça, depuis le début et ça continu aujourd’hui. Monsieur et ses beaux principes qui, quand il voit le bateau prendre l’eau, se dépêche de ramener l’attention sur ses craintes.

Je l’écoute, et j’encaisse, le temps que dure son dégobillage narcissique et accusateur non sans avoir envie à deux ou trois reprises de lui foutre une claque en pleine gueule, ça aurait été facile puisqu’il reste assit, il est à porté mais non, je ne rentre pas là dedans.

Par contre, il sait exactement où appuyer pour que ça fasse mal. En remettant en questions mes intentions, alors que depuis le début, j’ai agit selon son putain de désir, mais, quand vient le temps de trouver un coupable, facile de croire que ce que l’on veut bien croire.

- Wow, et tu as attendu tout ce temps là pour lâcher le morceau ?

Il aurait pu et dû ne rien dire et faire comme il avait fait depuis qu’il était partit pour l’Australie, nous ignorer, nous aurions passé au travers sans ses jérémiades.

- Je ne sais pas si tu te souviens bien, moi, de base je ne t’ai rien demandé ! J’ai tenu à te le dire parce que c’est ce que je croyais être la chose honnête à faire et pas une fois, pas une seule fois je t’ai demandé de changer ta vie pour moi ! Et toi, dans un moment de sobriété sortie de nul par tu t’es dit que ça serait chouette de mener l’aventure à terme.  Tu m’as dit Essayons, viens avec moi en tournée !.

La belle affaire ! Mais à l’entendre, je l’ai enchaîné a des responsabilités qu’il ne souhaitait pas avoir. Moi non  plus, je ne souhaitais pas  fonder une famille avec un mec dont je me savais amoureuse mais dont je ne savais  rien. Et puis quoi, j’avais conscience qu’il nous donnait une chance par pitié ! Ça, ça vous détruit un orgueil de femme, que de savoir que l’homme de qui vous êtes amoureuse vous donne une chance parce qu’il croit ne pas avoir d’autre choix !

Pourtant nous les avions posés sur la table les options.

Ma solution première était l’avortement mais j’avais été clair que je voulais le faire rapidement, pour éviter de m’attacher au bébé et de ne plus en avoir le courage.

L’adoption était aussi dans la liste des possibilités mais aussi crève cœur que d’avorter vers la limite permise. J’aurais eu du mal à me séparer du bébé.

Mettre l’enfant au monde, élever le petit en garde partagé, dans la bonne entente, sans pression, juste, assumer notre bêtise et faire de notre mieux.

Mais Eddy il en a ajouté une option, celle d’essayer. Et putain, j’y ai cru mais voila`qu’il me sert un J’ai 23 ans et j’ai rien demandé ! Et très sincèrement, j’espère que la décision de ne pas stopper la grossesse quand elle a commencé à merder est vraiment qu’une question d’égo de ta part ! Et pas ce que beaucoup de gens autour de moi soupçonnent que c’est.

- J’en ai rien à foutre de ce que les gens pensent de moi, Eddy ! Parce que si tu es honnête, tu vas te souvenir que les options, nous les avons tous les deux pesées avant que tu ne me dises qu’on pouvait le faire !  

Ce qui me dégoute le plus du discours d’Eddy, ce n’est pas que des gens puissent  avoir une opinion erroné de mes agissements. Ça, j’en ai sincèrement rien à foutre, je l’ai dit et j’assume toutes mes décisions, peu importe ce que les gens peuvent en penser.

Non, c’est qu’il m’accuse limite d’avoir fait exprès de mettre la vie de Lucky en danger et hypothéquer son avenir par un besoin égoïste de prouver que je pouvais mener ma grossesse à terme.

- Si c’est vraiment ce que tu penses, de moi, alors vas-t’en !  Je ne voulais pas mettre un terme à ma grossesse parce que la vie de cet enfant là valait plus que la mienne et que j’étais certaine que j’allais y passer mais que lui, vivrait ! Je souhaitais pouvoir le voir grandir mais à choisir entre lui et moi, c’est lui que j’ai choisis, ça toujours été que pour lui, depuis le début ! Avorter avant que je le sache trop avancer dans son développement c’était ce que moi je voulais puis  là, subitement, alors que tu m’avais fait miroiter notre vie de couple, tout s’écroulais ! Peut-être que c’était égoïste parce qu’il n’y avait aucune façon de savoir ce que Lucky lui, souhaitait mais je ne regrette pas d’avoir mit cet enfant là au monde parce que peu importe ce que la vie décidera, il est et sera à jamais la plus belle chose qui me soit arriver !

Jamais, au grand jamais il n’a été question de maladie, de retard, de trouble physique qui pourrait nuire à son développement. Mais de vie, ou de mort. De lui, ou de moi ! Est-ce que ma décision aurait été différente, j’en sais rien.

Mais, Eddy, lui, il a déjà une jambe pour ne pas dire la moitié du corps en dehors de la barque. Et si ça se trouve, les ennuies de santé de Lucky viennent peut-être du fait que son père n’a pas été sobre depuis le jour où il a bu sa première bière !

La différence entre Eddy et moi est belle et bien là. Je n’irai pas appuyer où ça fait mal pour lui mettre les yeux en face des trous…

Il est question de mensonge, et, encore une fois, Eddy montre sa grande maturité en parlant à mi mot. Pourtant, mon petit doigt me dit que le On me l’a dit ne peut être que son manager. Parce que de mensonge, il n’y a que celui là. Je ne lui ai mentis pour absolument rien d’autre que le fait d’avoir couché avec d’autres personnes  ‘’ connues’’ que lui.

- La vérité, Eddy, c’est que oui, j’ai couché avec ton manager. J’ai voulu te le dire bien des fois.  Pourquoi je ne l’ai pas fait ? Je n’en ai pas eu la force. Parce que je ne voulais pas voir dans tes yeux ce que je vois maintenant. J’ai un passé, tu en as un. Le soir où nous avons couché ensemble pour la première fois, j’étais loin de me douté que je tomberais amoureuse de toi, et encore moins enceinte. Alors ça n’avait pas d’importance. Je ne voulais pas que tu crois que je n’attendais que ça, parce que c’était le cas. La belle affaire ! Puis je suis bêtement tombé amoureuse de toi, et bon, je me disais que, c’était à sens unique, tu avais une copine, tu partais en tournée mondial, et je savais que je ne te reverrais probablement pas.

Rare sont les gens qui, pour une histoire d’un soir, déballe leur pedigree sexuel et ça casse quand même un peu l’ambiance.  Devant le couché e soleil de la Death Valley, je n’ai pas vu l’utilité de lui dire que j’avais couché avec son manager et Howard Stone.

- Et quand on te l’a dit, tu n’as pas eu envie de m’en parler ? Peu importe… Le fait est que oui, j’ai couché avec ton manager, et d’autres hommes aussi, comme tu as eu une petite amie et peut-être d’autres conquêtes. Mais, avant la Death Valley, je n’ai eu personne, je ne t’ai pas mentis là-dessus, non plus pour cette fichu pilule mais crois-moi que si j’avais su à ce moment là que je me prendrais tout un lot d’accusations mensongères en vrac devant l’incubateur de notre fils, je me serais fait un cocktail de pilule contraceptives pour être certaine de ne pas tomber enceinte, ni ce soir là, ni jamais un autre soir de toute ma vie !

Puis, pour savoir si Lucky est bel et bien son fils…

- Demande un test, si tu en doute. À la quantité de sang qu’ils viennent lui prendre par jour, jamais je croirai qu’ils ne peuvent pas en prendre un tout petit peu pour comparer. Moi je connais la réponse, mais si ça prend ça pour te rassurer, vas-y !

Le reste ne m’appartient pas.

Eddy et moi sommes trop blessés j’imagine, pour savoir comment irons les choses entre nous, mais en ce qui me concerne, et malgré que je me sache encore amoureuse de lui,  je ne sais plus où j’en suis vis-à-vis de nous, après tout ce qu’il vient de me déballer… je n’ai pas envie de continuer dans une relation qu’il ne souhaite de toute évidence pas.

La confiance, il peut jouer la vierge offensé mais la mienne, envers lui, ne flotte pas très haut non plus. Je lui ai fait confiance en prenant le pas sur les options qu’il a choisit, en me disant qu’il voulait essayer. J’ai cru à ses  mots d’amours, à ses gestes tendre, à ses rêves de vie de famille alors qu’au fond, il ne faisait que de me jeter de la poudre aux yeux.  Il ose me faire une morale de confiance alors que de nous deux, celui qui a le plus gros examen de consience à faire c’est lui.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2190
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeMar 9 Juil - 18:07



Cry, Baby, Cry
ft. Carolyn Adam


Je clignai des yeux, surpris d'entendre Carolyn demander, en gros, pourquoi j'avais attendu tout ce temps-là pour exposer mes craintes, mes peurs, mes sentiments. Le fait était que j'avais été on ne pouvait plus soulagé d'entendre Bella me dire que Carolyn et le bébé étaient en vie, qu'ils étaient passés tous les deux au travers de cet accouchement qui s'annonçait si mal.

Tout ça pour voir enfin mon fils et m'entendre dire qu'on l'avait potentiellement condamné à vivre une vie à la con. Je doutais pas et je minimisais pas l'Enfer que Lynn avait dû vivre. Et ouais, j'aurais peut-être dû lui sonner pour voir comment ça allait plutôt que de me planquer à l'autre bout du monde en me disant que moins j'en savais, mieux je me portais.

Mais quand elle me demanda de me souvenir que c'était moi qui lui avait proposé, plutôt que d'avorter, de tenter le coup, mon air surpris se changea en véritable colère. Putain, qu'est-ce qui fallait pas entendre!

-C'était AVANT que ça ne merde! Quand le médecin a dit que c'était trop dangereux, je sais pas si tu te souviens, mais j'ai dit qu'on devait arrêter les conneries et TU as voulu continuer!

Je venais déjà de dire ça, mais apparemment, Carolyn était décidé à n’entendre et comprendre que ce qu’elle voulait bien entendre et comprendre.

Je l'avais traitée de folle, ce jour-là. Mais je ne le pensais pas autant qu'aujourd'hui.

Alors puisqu'on en était là, autant tout dire, parce que tout ça me ramenait à son mensonge et à ce que Clepto disait un peu comme une blague, mais qui avait fait son chemin dans ma tête... Une idée qui avait grandi jusqu'à m'exploser en pleine tronche quand Daniele m'avait dit qu'elle avait couché avec lui, et avec d'autres célébrités, alors qu'à moi, elle m'avait dit n'avoir jamais fait ça!

Je laissai Carolyn parler, expliquer qu'elle avait mené sa grossesse à terme parce que la vie du petit valait plus que la sienne. Waw, c'était bien beau, dit comme ça. Mais je pointai l'aquarium et m'emportai encore.

-Sa vie valait mieux que ta vie à toi? Quel genre de vie, putain?! Et ce que tu dis, c'est bien magnifique! Mais moi, j'avais pensé que ce môme, on pourrait l'élever à deux! Ensemble ou séparés, peu importe, au final! Mais à deux quand même! Alors c'est très louable d'estimer que sa vie valait mieux que la tienne! Mais moi je voulais pas prendre le risque! Parce que je me sentais pas capable d'assumer cet enfant tout seul si t'y passais! Si ça te parait égoïste comme façon de voir, alors c'est que t'es encore plus timbrée que je croyais!

Mais alors...quand elle avoua qu'elle avait bien couché avec Daniele et d'autres mais qu'elle avait jamais osé me le dire (forcément puis qu'elle m'avait menti, bordel) qu'elle était amoureuse de moi et tout... Et que c'était la seule chose sur laquelle elle m'avait menti, et que si elle avait su, elle aurait fait vachement beaucoup plus gaffe à ne pas tomber enceinte, j'en avais assez entendu. Je me levai, me débarrassai de l'accoutrement qu'on m'avait fait mettre en balançant le tout furieusement sur le fauteuil, je baissai le ton, mais pour parler sur un ton bien plus colérique encore... C'était même plus de la colère, c'était de la rage.

-Tu peux raconter tout ce que tu veux. T'as menti une fois, tu peux avoir menti dix fois et mentir encore. Je te fais plus confiance, Carolyn. Et sûrement encore moins en te voyant pas assumer ni ton mensonge, ni tes fautes, en t'entendant carrément remanier le passé pour que ça colle à TA version des faits.

Puis j'avais envie de boire un coup. Plusieurs. D'aller retrouver Roadtramp et sa sincérité pure. La seule chose en laquelle je croyais, c'était que j'étais bel et bien le père de Lucky. Parce que son petit visage, même dissimulé sous les tuyaux, même pas encore tout à fait fini, lui, ne pouvait pas mentir.

Lynn me dit que si j'avais un doute, j'avais qu'à faire un test. Je la fusillai du regard.

-J'ai pas besoin d'un test. Je crois encore ce que je vois, merci. Je reconnaîtrai Lucky officiellement. Ce sera un Cort, quoi qu'il arrive. Et je ferai ce qu'il faut pour lui.

Je secouai négativement la tête et approchai de la couveuse pour regarder encore une fois le petit avant de partir.

-Mais toi, par contre, tu peux m'oublier.

Elle n'aura rien. Tout sera fait pour Lucky, je comptais bien avoir la part de ma paternité que je pourrai assumer en parallèle avec le groupe. Je tournai le dos pour sortir de cet endroit. Et plus une fois, je ne regardai Carolyn qui me dégoûtait sincèrement.

-Et t'as intérêt à prier aussi fort, voire plus fort que moi pour qu'il soit en putain de bonne santé.

Parce que c'était elle qui avait voulu continué quand je lui avais dit d'arrêter. Et ça, elle pourrait se faire toutes les illusions qu'elle voulait, j'en démordrais pas. Si notre fils avait une vie de merde, ce serait sa faute, pas la mienne.

Je sortis en essayant de ne pas claquer la porte, mais j'étais trop énervé.

Je reviendrai voir Lucky. Aussi souvent que possible, tous les jours. Mais j'allais m'arranger pour ne plus croiser Carolyn dans cette putain de nurserie.

Tu parles d’un heureux événement…

@ Billy Lighter



Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 197
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitimeSam 13 Juil - 20:07



Cry, Baby, Cry !
ft. Eddy Cortn>





Eddy est visiblement en décalage horaire, mais ça ne m’étonne pas, surtout avec son haleine d’ivrogne que je peux sentir de là où je me tiens. Bien évidement que c’était avant qu’on ne sache que ma vie et celle du bébé était en danger que l’idée de continuer venait de lui ! C’est bien de ça que je parle mais il comprend tout autre chose.

Je respire, parce qu’il ne tiltera probablement que lorsqu’il dessoulera mais, bon, je crains que ça n’arrive jamais.

- Bien sûr que je voulais continuer ! Ma grossesse était trop avancée, je le sentais bouger, il se battait déjà pour vivre.

Si nous avions su au début de ma grossesse à quel point elle était risquée, je ne l’aurais pas continué, je ne me serais même pas posé la question. Le fait est que, quand c’est arrivé, j’étais trop avancé et que psychologiquement et émotionnellement, je n’aurais pas pu me résoudre à le tuer dans mon propre ventre.

J’enrage parce qu’il n’arrive pas à comprendre et qu’en plus, il profite du moment, très mal choisit soit dit en passant, pour régler des comptes qu’il aurait très bien pu faire avant qu’on en soit là.

Ça me lève le cœur en fait parce que tout le temps que j’ai voulu être honnête et que je ne l’ai pas fait pour la seule raison que je ne voyais pas l’intérêt de déballer une histoire qui n’avait aucune importance pour moi, de une, et qui n’était rien de plus qu’une banale anecdote tout comme il devait lui aussi avoir ses propres histoires de cul cacher dans sa tête. Je devrais lui péter un plomb pour les choses qu’il ne m’a pas dit ?

Ça n’a aucun sens mais bon, si ça peut lui servir de raison pour m’en vouloir, qu’il continu de douter de mon honnêteté. Ça n’a aucune importance quand il dit que la vie qu’aura Lucky, et je précise que nous parlons hypothétiquement puisque rien n’est certains, c’est de ma faute.  

- Si ça se trouve, ça vient peut-être de l’alcoolisme de son père, son état en ce moment !  
Même s’il était né a terme et avec les meilleures conditions, ce qui se passe maintenant, il n’y a pas un putain de médecin qui aurait pu le prévoir et si tu ne me crois pas, t’as qu’à demander au médecin, parce que c’est ce qu’il me rabâche chaque fois qu’il me voit !


Je suis prête à prendre ma responsabilités mais il y a des putains de limites que de me voir imputer tous les tords pour l’état de notre fils. Pendant ma grossesse, le médecin n’a cessé de me dire qu’il se développait bien, que le cœur battait bien, qu’il semblait en forme et même sur les photos tirés de l’échographie, il avait tous ses petits doigts, toutes ses petites orteils.

Eddy explose de rage, se lève et retire son accoutrement pourtant obligatoire, c’est la preuve qu’en fait, il n’en a jamais rien eu a foutre de notre fils et je remercie le ciel de ne pas avoir encore mit son nom sur l’acte de naissance.

-  Crois ce que tu veux Eddy ! Je t’ai mentis pour Daniele, exactement pour les raisons que je t’ai dites. Je n’avais aucune idée de ce que l’avenir nous réservait, ce soir là. Je n’aurais eu aucun problème à répondre à ta question si tu me l’avais demandé. Et, tiens, tu ne le feras pas mais t’as qu’à aller lire mon journal. Plusieurs fois je mentionne les fois où j’ai voulu te le dire et où je me suis dégonflée.

Il ne le fera pas, il aurait trop peur de se mettre le nez dans son caca.  Et j’ai fait un enfant avec lui…

- T’oublier ? Il est difficile d’oublier quelqu’un qu’on a jamais vraiment eu, Eddy !

Qu’il aille au diable si ça lui chante ! Un jour il verra combien con il a été.

Je le regarde s’en aller, soulagé qu’il parte.

C’est du gros n’importe quoi ! Il a voulu qu’on tente notre chance alors qu’il savait que je ne voulais pas attendre trop longtemps pour avorter. Quand ça s’est mis a mal aller, je ne voulais pas avorter parce que je le sentais bouger, parce que j’avais développé un lien avec cet enfant là. Oui, il voulait que j’avorte, j’aurais pu le faire mais je ne m’en serais pas remise et il le savait très bien !  Ma grossesse ensuite, si ce n’est que j’ai accouché trop tôt se déroulait somme toute bien et le médecin se montrait satisfait.  Rien ne laissait croire que Lucky se battrait pour sa vie, ce qui aurait très bien pu arriver a la fin d’une grossesse parfaite.

Mais ça, il ne voudra même pas le voir ou le croire.

Je regarde Lucky, désolée.

- J’suis désolée que ton père soit un gros naze…



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]   Cry, Baby, Cry  [PV Eddy Cort][Terminé] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Cry, Baby, Cry [PV Eddy Cort][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Baby Doc departure details remain murky
» Baby ! Show me what you got ! ft Mathew part.2
» MILLION DOLLAR BABY. – Kamelia [TERMINÉ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Downtown :: Hôpital-