AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Sam 30 Juil - 17:21

Go back to L.A ft. Eddy Cort


J'avais ma guitare sur mon dos, ma valise dans la main. Je regardais le train qui s'éloignait de moi, j'en avais plein les bottes. J'avais vagabondé deux jours entiers dans toute la côte ouest des états unis, ayant mal calculé mon budget, et ayant pas assez de sous pour finir le voyage de San Francisco jusqu'à L.A, ma ville natale.

J'étais exténuée, mais heureuse, et soulagée. Contente d'avoir fait tout ce trajet sans m'être fait attraper peut être, mais surtout soulagée d'être enfin rentrée chez moi. Mais je n'était pas fière pour autant : Je savais parfaitement ce que j'avais à faire avant de déposer mes affaires chez mon père.

Il fallait que je voie Eddy. Ça avait été un besoin impérieux depuis que j'étais partie de toute manière, mais là plus que n'importe quand. Les adieux avaient été plus que déchirants, et ça avait été très dur de penser à autre chose durant l'année avec le groupe. Il m'avait énormément manqué… Heureusement j'avais régulièrement des articles, ou des nouvelles que m'envoyait mon père à propos de Roadtramp, quelques fois accompagnés de photos.

J'étais heureuse de voir qu'ils avançaient bien, lui et son groupe, mais à chaque fois j'avais un pincement au cœur. J'aurais aimé l'avoir au moins une dernière fois dans mes bras… Même ses conneries me manquaient, c'était dire ! Plus personne pour siphonner des litres de bières, pour me soulever sans problème, pour évacuer toute cette énergie commune, ensemble…

Maintenant je n'espérait qu'une chose : c'était pas me planter dans l'adresse, et que Clepto n'avait pas eu excellente idée de déménager (bien que pour ça, il eu fallu ranger l'appartement, et finalement, si il y avait dû y avoir un déménagement, les garçon seraient encore en train de déblayer la cuisine). Au pire, ce n'était pas trop compliqué de devoir retrouver Ed', de toute manière, je le connaissais presque par cœur.

Je savais déjà ce qui pouvais me faire du bien, et me rassurer en attendant de trouver l'appartement. Et qui ne pouvait faire que plaisir au grand chevelu : S'arrêter dans un magasin acheter une douzaine de bière, à caler dans la valise, et dans la house de guitare.

J'avais déjà bu la première, que j'étais arrivée devant l'immeuble de Clepto. Une vague d'angoisse m'avait complètement prise : Et si Eddy m'en voulait ? M'en voulait d'avoir renoncer à mes ambitions de Rockstar ? M'avait peut être déjà remplacée par d'autres potes, ou que sais-je ?

Au fond, même si j'étais peut être toujours amoureuse du grand blond, tout ce que j'espérais, c'était que mon ami d'enfance ne me rejette pas, ne m'ait pas non plus abandonnée. Je n'avais qu'Eddy, et il était irremplaçable. Et y'avait pas de mode d'emplois pour retrouver quelqu'un qui t'es cher après un temps pareil d'absence.

Évidemment, pas de nom sur la sonnette. Je soupirais un grand coup, avant d'appuyer, une bouteille de bière pleine à la main, la guitare sur le dos, et la valise posée à côté de moi.

Oh et puis, 1 an, c'est pas 20 ans non plus !

Je marmonnais dans mes dents
« Pitié, faites en sorte qu'il habite encore ici... »
© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 31 Juil - 12:34


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


Aujourd'hui, c'était journée glandage. Ouais, parce que tout était prêt pour l'album, il ne restait plus qu'à le produire.... Puis il faudrait en faire la promotion et j'espérais vraiment qu'à ce moment-là, Lele serait de retour parmi nous parce que je n'avais aucune idée, et les autres non plus, de comment on faisait la promotion d'un album. Tout ce qu'on savait faire, nous, c'était de la musique...

Mais bon, je voulais pas sonner à Daniele non plus pour le presser. J'avais été témoin par deux fois de sa santé fragile et c'était même moi à chaque fois qui avait provoqué ses crises. Je voulais pas le faire une troisième fois et risquer que ça lui soit fatal !

Soit, tout ça pour dire qu'il était déjà 15 heures et que j'étais toujours en train de dormir/cuver, quand on sonna à la porte de la petite maison des parents de Clepto. On y était revenus après la tournée et rien n'avait bougé... Les parents de Clepto seraient décédés dans un accident de voiture (ce que je ne leur souhaitais tout de même pas), qu'on ne le saurais même pas.

-Clepto...

J'eus juste droit à un grommellement pour toute réponse... Je me retournai sur mon vieux matelas et me cachai sous mes couvertures, j'avais mal la tête, merde...

-Clepto ! On sonne à la porte, merde...

Nouveau grommellement. Bon, tant pis. Je me levai et traversai la chambre enjambant les autres membres de Roadtramp et essayant de ne pas trébucher sur les canettes de bière qui jonchaient le sol. Je sortis de la chambre et refermai doucement la porte derrière moi pour laisser les autres dormir.

Puis, me grattant mes cheveux ébouriffés, habillé uniquement de mon caleçon, je me dirigeai, les yeux explosés, vers la porte d'entrée que j'ouvris...

Et tombai sur Zoey... J'écarquillai les yeux, surpris de la voir là, l'air aussi fatiguée que moi, une canette de bière à la main, sa guitare sur son dos. Je savais pas comment réagir tellement l'émotion que ça me faisait était forte.

Finalement, j'arrivai à articuler.

-Dis-moi que c'est pas un delirium tremens.

J'avançai d'un pas puis, deux, vers mon amie d'enfance. J'avais l'impression qu'on était en train de tirer un feu d'artifice dans mon cerveau.

-Oh merde, Zo !

Je tendis la main vers son visage, passai ma main dans ses cheveux puis sur sa joue, comme pour m'assurer qu'elle était bien réelle... Mais la pire sensation, c'était de ne pas savoir si je pouvais l'embrasser ou pas. Et pourtant, j'en crevais d'envie, mais un tas de question se bousculaient dans ma tête à ce propos-là. Et si elle avait un nouveau petit ami ? Elle était quand même partie un an ! Elle était peut-être simplement en tournée et venait nous dire bonjour parce qu'ils passaient justement par L.A.

Alors, dans le doute, je fis les choses à la Eddy Cort, c'est à dire simplement et en souriant.

-Je peux t'embrasser ?

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 31 Juil - 15:58

Go back to L.A ft. Eddy Cort


L'attente paraissait interminable, et je sentais mon cœur battre dans ma poitrine. J'avais chaud, très chaud. Et mes oreilles faisaient comme des acouphènes… Lorsque la porte s'ouvrit, je sursautais de surprise.
Tout mon corps était figé, et mon cerveau incapable de fonctionner.

Eddy. Devant moi. En caleçon qui plus est ! La mine toute ensommeillée…

Une vague de chaleur s'empris de tout mon corps, lorsqu'il passait une main dans mes cheveux, comme pour vérifier que j'étais bien réel. Pour moi, aussi, c'était comme un rêve… Un sourire se dessinait tout seul sur mes lèvres, sans même que je le veuille. J'étais beaucoup trop heureuse de le revoir, là, maintenant, devant moi…

Je n'avais qu'une envie : Me réfugier dans ses bras, là, tout de suite.

-Je peux t'embrasser ?

J'étais incapable de prononcer un seul son. En fait, si, je pouvais certainement, mais j'avais la gorge tellement serrée que ça aurait été plus de l'ordre du couinement ou du grognement qu'un véritable son audible.
J'enlevais ma guitare de mon dos, sans vraiment faire attention où la poser.
Sans lâcher la canette, qui était la seule source de fraîcheur, je pris de ma main libre la main de mon ami d'enfance dans la mienne, m'avançant doucement vers lui, et sur la pointe des pieds, en fermant les yeux, je posais doucement mes lèvres sur les siennes, l'embrassant tout doucement, tendrement.

Mon corps entier tremblait de bonheur. Ma main quitta la sienne pour aller se loger dans sa nuque, le contact avec sa peau me donnant un frisson le long du bras.

Je mis fin tout doucement au baisé, redescendant sur mes pieds. Le sourire aux lèvres, j'étais tellement heureuse. Je venais de retrouver Eddy, et c'est tout ce qui comptais…


« Bordel Eddy...» Et c'était bien faible juste « manqué ». J'avais tellement eu besoin de lui, mon ami d'enfance, et ma première relation amoureuse, une vraie. « Tu m'as manqué….  ! » Lui dis-je en riant, lui tendant la canette que je tenais encore dans ma main.
© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 31 Juil - 19:52


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


Si c'était un rêve, je ne voulais pas me réveiller. J'aurais jamais cru qu'un jour, je retrouverais Zoey plantée là, devant chez Clepto. Évidemment, j'avais pas imaginé qu'on ne se reverrait jamais. Mais tout ce que je m'étais fait comme scénario, c'était qu'on se serait croisés lors d'un concert ou l'autre, vu que son nouveau groupe était basé à Seattle et non à Los Angeles. Et puis je m'étais dit aussi que je pouvais oublier mes espoirs qu'on puisse se remettre un jour ensemble, malgré que Daniele m'ait dit que ce n'était pas impossible. Mais c'était juste que sur le coup, faire une croix dessus avait été psychologiquement plus facile.

Après m'être assuré qu'elle était bien là, ce qui était le cas parce que je reconnaissais, au toucher, la texture de ses cheveux, de sa peau, les traits de son visage et son sourire si particulier. Ses yeux fatigués trahissaient qu'elle était aussi heureuse que moi qu'on se retrouve. Et, bon Dieu, comme j'espérais qu'elle n'était pas ici seulement pour dire bonjour !

C'était égoïste de penser ça, mais très sincèrement, j'en avais rien à foutre. Je voulais retrouver Zoey, je voulais passer du temps avec elle, je voulais rester tout le temps avec elle.

Dans le doute, je lui avais demandé l'autorisation de l'embrasser car en un an loin l'un de l'autre, il avait pu s'en passer des choses et peut-être qu'elle n'était plus amoureuse de moi. Mais je ne fus pas déçu, pas une seconde. Elle ne prit même pas la peine de parler, se contentant de se hisser sur la pointe des pieds... Je baissai instinctivement la tête vers elle pour pallier la distance due à notre différence de taille, et nos lèvres se scellèrent tout doucement. Je fermai les yeux, mon cœur courait un putain de marathon dans ma poitrine, me forçant à respirer fort. Et j'avais chaud, du coup.

Je savais pas de quoi on devait avoir l'air pour les passants dans la rue qui allaient bêtement faire leurs courses ou des trucs comme ça, à s'embrasser avec toute la tendresse du monde sur le pas de la porte, et moi en slip, en plus... Et vous savez quoi ? Et ben j'en avais strictement rien à foutre non plus.

Je frissonnai quand je sentis la main de Zoey dans ma nuque et posai ma propre main dans le bas de son dos, la rapprochant doucement de moi pour qu'on soit l'un contre l'autre. Elle avait posé sa guitare à terre, contre le mur de la maison, mais j'avais à peine fait attention à ce geste-là. Zoey était toute tremblante et je souris en continuant à l'embrasser.

Ce fut la jeune femme qui mit fin au baiser. Si ça avait été moi, on pouvait rester encore une heure, comme ça. On avait un an à rattraper, le monde pouvait attendre !

Je rigolai gentiment, la gardant contre moi quand elle dit que je lui avais manqué. Je secouai ma tête pleine de cheveux blonds.

-C'est con qui a pas un autre mot, hein?

Ouais, parce que je voyais bien qu'elle avait cherché après un mot plus fort. Le même que celui que j'étais en train de chercher moi aussi, mais qui semblait ne pas exister puisqu'on ne pouvait tomber aucun des deux dessus. Je pris la canette toute fraîche de bière qu'elle me tendait dans un mouvement instinctif. On te tends une bière, Cort, tu la prends. J'en pris un grand coup avant de lâcher Zoey, brièvement, juste le temps de déposer la canette par terre à l'intérieur et de rentrer sa guitare également.

Puis, je revins vers elle, la pris bien plus franchement dans mes bras avant de la hisser pour la porter. Je devais lever la tête pour voir son visage maintenant. Je lui souris...

-Je suis trop content que tu sois là!

Je tournai sur moi-même au risque de perdre l'équilibre, avant de pénétrer à nouveau à l'intérieur de la maison, fermant la porte derrière nous d'un coup de pied...

D'un clin d’œil, je l'invitai à m'embrasser encore, la portant toujours, en plein milieu du salon où régnait un chaos complet... Je profitai du baiser avant de la laisser glisser tout doucement jusqu'à ce qu'elle se retrouve à nouveau les pieds sur terre. Je chuchotai pour ne pas réveiller les autres. Ce moment était le nôtre, même si je savais que les autres seraient aussi super contents de revoir notre petite Zo' !

-Tu as l'air crevée...

Je caressai ses joues de mes deux main, la regardant dans les yeux.

-Ton groupe est en ville?

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 31 Juil - 23:56

Go back to L.A ft. Eddy Cort


Nous étions beaux, là, sur le pas de la porte, à se foutre de tout ce qu'il y avait autour de nous. Nous étions comme dans une bulle, et plus rien ne comptais. Ça paraissait tellement irréel…

J'avais imaginé, idéalisé ce moment tout le trajet. Pendant les deux jours où j'avais eu les fesses vissées sur un siège, ou en train de marcher sous le soleil, j'avais répété pleins de scénarios tous différents. Des osés, des jolis, peut importe. Je m'étais tout imaginé… Et la réalité était encore plus belle, plus tendre, plus douce.


-C'est con qui a pas un autre mot, hein?


Eddy semblait lire dans mes pensées. Il savait exactement ce que je ressentait, c'était pas possible…  Je lui sourit aussi, pendant qu'il bu un peu de la bière que je venais de lui offrir. J'opinais de la tête, tout en faisant glisser mes mains dans son dos.
C'était dingue, comment ses petites choses, aussi insignifiantes soit-elles peuvent se regretter. Sa peau, sa voix, son odeur… Tout venait de ressurgir après un an d'absence. Un an de manque. C'était tellement plus qu'un « Tu m'as manqué »…


Le grand blond disparu par l'encadrure de la porte, en ayant pris soin de prendre mes affaires pour les mettre à l'intérieur. Je restais figée, trop dans les vapes pour pouvoir débarquer comme une furie dans le salon.
Eddy revint me chercher, me portant sans difficultés, profitant un peu plus d'être contre sa peau, tout contre lui. Je croisais mes jambes dans son dos, les bras autour de son cou, tournant dangereusement dans la pièce, refermant la porte derrière lui. Je m'accrochais un peu plus fort, en riant doucement

« Moi aussi, ça me fait un bien fou ! » Je plongeais mes yeux noisette dans le bleu des siens. Je n'arrivais plus à m'arrêter de sourire, j'étais sur mon nuage. Je l'embrassais de nouveau, profitant comme jamais de nos lèvres liées, du contact de son visage tout contre le mien.

Quelques années en arrière, j'aurais été incapable d'imaginer un tel scénario. Peur de briser une amitié, peur de mal faire, peur du rejet. Peut être peur de mes propres sentiments. Je n'imaginais pas non plus qu'Eddy puissent avoir le même genre de sentiments à mon égard. Maintenant, je sais que notre relation, autant amicale qu'amoureuse pouvait résister à bien des épreuves.

Lorsque je retrouvais de nouveau la terre ferme, je me rendis compte de l'état de l'appart, qui était à l'identique de quand j'étais partie, c'est à dire sans dessus dessous. Tellement, que mon pied écrasa un cadavre de bière qui était posé là, déversant la fin de son contenu sur la moquette… Mais je m'en fichais un peu, même totalement. Je m'occuperais de ça plus tard.

Je fermais les yeux au contact des mains d'Eddy sur mon visage. C'était tellement agréable, tellement précieux…  


« Toi aussi, t'as l'air crevé. Vous avez fait quoi hier soir pour que tout le monde dorme encore à cette heure ? » Lui répondis-je dans un sourire, parcourant d'une main son torse, nu. « J'ai fait deux jours de voyage de manière plus ou moins légale de Seattle jusque ici… Je viens d'arriver, et j'ai pas dormi des masses. » Lui appris-je, sans perdre mon sourire. Peut importe le nombre de bornes que je venais de m'avaler, vu ce que j'avais comme récompense.

Je laissait remonter ma main du ventre jusqu'à sa nuque, attrapant d'un doigt une mèche blonde d'Ed'.
« Pour le groupe, c'est un peu compliqué… J'étais pas faite pour ça. » Dis-je, baissant les yeux, tout en secouant la tête. « ça s'est pas très bien passé dernièrement, et j'ai préféré partir. »

Je connaissais le tempérament colérique du jeune homme, et je savais pertinemment que si je racontais en détail tout ce qui s'était passé, il piquerait une crise sans nom, qui durerait sans doute plusieurs jours.
« Ou plutôt fuir... » marmonnais-je, me sentant légèrement honteuse.

Au début, ça avait été un véritable idylle. Les membres avaient très bien su m'intégrer, et on s'entendait bien, mais le bassiste, avait lui aussi été remplacé quelques mois plus tard, par un jeune homme violent, trop violent. Pervers narcissique, et même pire… Le souvenir que je gardais de ce groupe était désormais une grosse cicatrice partant de l’omoplate, jusqu'au tiers du dos. 
© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Lun 1 Aoû - 17:47


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


On était rentré dans la maison, et on chuchotait et on s'embrassait. J'avais pas envie que les autres débarquent direct, je voulais un peu de temps rien qu'à nous deux. J'avais fini, après un baiser plus qu'agréable, par reposer Zoey par terre. Pas qu'elle était lourde, loin de là... Elle me semblait même un peu trop légère, comme si elle était un peu affamée. Ouais, en y regardant bien, elle devait avoir laissé quelques kilos en route, elle qui n'était déjà pas bien grosse à la base. Je fronçai les sourcils, continuant de caresser son visage alors que sa main à elle voyageait entre mon ventre, ma nuque et les mèches de cheveux sur mes épaules.

J'affirmai qu'elle avait l'air crevée, remarque qu'elle me renvoya... Elle voulait savoir ce qu'on avait bien pu foutre pour être encore tous en train de dormir à cette heure-ci...

-Nous ? On a terminé la préparation de notre premier album dans la nuit... Alors on est crevé.

J'étais fier ! Je souris, mon froncement de sourcils disparaissant alors qu'elle jouait avec mes cheveux. Merde, elle, elle n'avait pas vraiment l'air bien malgré qu'elle s'efforçait de garder le sourire. Et ce fait-là prit plus d'importance que l'album qui allait sortir. Je penchai la tête sur le côté d'un air interrogateur. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer là-bas ? Elle disait qu'elle n'était pas faite pour appartenir à un groupe. Elle était douée, pourtant ! Et vivre avec Roadtramp pour le temps que ça avait duré ne m'avait pas semblé lui poser problème...

Mais non, il y avait un truc pas clair dans cette histoire et je sentais qu'on lui avait fait du mal... Elle ne parlerait pas de « fuir » sinon. Ce dernier mot m'avait fait tiquer... Je connaissais Zo depuis très longtemps et c'était loin d'être une petite nature. Pour la faire « fuir », il avait fallu qu'il se passe quelque chose de grave. Mon froncement de sourcils était revenu sans que je m'en rende compte.  

Viens, restons pas debout. On va s'allonger un peu...

Je la tirai gentiment vers le salon dans lequel il y avait un grand divan... Zoey disait qu'elle n'avait pas dormi beaucoup pendant son voyage de retour. Mais y avait des trucs qui me turlupinaient quand même dans ce qu'elle racontait et les question s'accumulaient dans mon cerveau embrumé. Quelque chose n'allait pas, je le sentais sans pouvoir mettre le doigt dessus.

Je virai en vitesse les trucs qui étaient sur le divan, surtout des vêtements sales, des sacs qui avaient rien à foutre là et quelques cannettes de bière pleines qui n'attendaient qu'une chose : qu'une place se libère dans le frigo. Tout ça se retrouva à terre, et je m'allongeai dans le divan maintenant dégagé, invitant Zoey à s'allonger à mes côtés.

Je la pris dans mes bras comme pour la rassurer, la consoler... Je l'embrassai sur le front, sur ses lèvres douces. Elle avait l'odeur d'un voyage éprouvant, mais qu'est-ce que j'en avais rien à foutre ! J'aimais Zoey, et Zoey toute entière. Or, elle venait apparemment de vivre une partie merdique de sa vie... Fallait que je sois là et j'étais heureux que ce soit ici qu'elle soit venue se réfugier directement. Elle aurait très bien pu aller chez son père, qui était un très bon gars aussi, après tout...

Mon front contre le sien, je lui parlai tout bas, d'un ton aussi calme que je pouvais. Je ne voulais pas la brusquer, mais en même temps, je voulais savoir ce qui lui était arrivé.

-Tu veux bien me raconter ? Je sais que tu ne fuirais pas à travers deux états pour que dalle...

Je soupirai et fermai les yeux, enroulant ses cheveux autour de mes doigts...

-Je resterai calme, ok ? J'essayerai de rester calme...

Depuis mon adolescence où je faisais énormément de crises, et en générale pour des broutilles, celles-ci s'étaient espacées et je soupçonnais ma consommation d'alcool d'aider pas mal à ce niveau-là. Mais là, je venais de me lever, ça faisait quelques heures que je ne m'étais pas enfilé de bière et Zoey comptais beaucoup trop pour moi pour que je reste totalement indifférent à ce qui avait pu lui arriver à Seattle.

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Mar 2 Aoû - 23:38

Go back to L.A ft. Eddy Cort


Ed' m'avait tirée gentiment jusqu'au divan, déblayant ce dernier pour que l'on puisse s'affaler dessus. C'est sûr que je disais pas non : Je n'avais pas dormi sur une vraie surface molle depuis deux jours ! Je n'avais même… Pas dormi tout court depuis deux jours, d'ailleurs. Et poser mes fesses sur un tel canapé était un vrai luxe.

Je m'allongeais à côté du joli blond, toujours en caleçon. Quand il me prit dans ses bras, je soupirais de bien être. Ça faisait une éternité que je n'avais pas eu autant de douceur… Qu'est ce que ça faisait du bien, d'être contre lui, sous ses baisers protecteurs. Je les lui rendais, mes mains se baladant entre son dos et son flanc.

« Sérieux ? Votre album va bientôt sortir ? C'est génial ! » Lui dis je en lui donnant un petit coup amical sur l'épaule.
J'étais réellement heureuse pour lui : Depuis le temps que Roadtramp bossait dessus, c'était enfin concrétisé ! Ils allaient enfin avoir leur premier album, et ça s'était plus qu'archi chouette.
« J'espère qu'il y en a un pour moi », lui dis-je avec un clin d’œil. C'était un peu la concrétisation de leur première tournée, et ça, ça n'avait pas de prix.

Nous chuchotions, nous nous embrassions, nous nous redécouvrions après un an d’absence. Mon cerveau était à la fois ailleurs, et beaucoup trop terre à terre. Comme si j'avais fait une connerie, comme si j'avais dû rester là bas, à Seattle. L'autre partie, quant à elle ne faisait que me féliciter d'avoir eu le courage de rentrer, le courage d'être allé voir Eddy, le courage de résister à la fatigue.

Le front plissé, l'air soucieux. Depuis que j'avais prononcé le mot « fuir », c'était comme si le grand blond avait été redescendu de son nuage, de force, contre son gré. J'aimais pas trop ça…


-Tu veux bien me raconter ? Je sais que tu ne fuirais pas à travers deux états pour que dalle...


Et merde.

Je n'avais pas envie de me replonger dans mes souvenirs, de fouiller ce qui était douloureux, et ce que j'avais presque l'impression d'être honteux. C'était une plaie qui n'était pas tout à fait refermée, même si mon retour à L.A, rien que le fait d'avoir revu Eddy, m'avait déjà fait oublié toutes ces mésaventures.

Je fermais les yeux, moi aussi plissant mon front. Deux choses l'une :
1 : Je n'avais pas envie que les autres se réveillent si Eddy pique une crise.
2 : J'avais pas envie qu'Eddy pique une crise.

Je pouvais bien raconter n'importe quoi, dire une connerie : J'étais tombée de scène, on m'avait viré du groupe…


« Boarf, ils ont décidés de se mettre au reggae, et les dreads ça m'allait moyen »
Dis je, riant un peu, histoire de gagner du temps.

Je savais bien qu'Eddy n'allait pas me laisser tourner autour du pot éternellement de toute façon, et j'étais bien obligée de lui dire. « Obligée »… Je n'aimais pas ça. J'avais toujours eu une éternelle confiance en mon ami d'enfance, et je savais pertinemment que je pouvais tout lui dire. Pourquoi ce blocage ? Maintenant ? Putain, c'était tellement ridicule.


« Le bassiste qu'on avait au début s'est pété le poignet, et a été remplacé par un gars un peu bizarre. »
Dis je, me raidissant. « Je crois qu'il avait un problème avec de la coke, ou je sais pas quoi... »
J'étais honnête. Le mec était arrivé de toute manière fin Janvier, j'avais pas eu le courage d'attendre autant de temps, j'avais tenu deux mois, puis j'étais partie. De toute manière, le type avait foutu bien trop la merde entre nous tous pour que ça puisse continuer sur de bonnes bases… Il avait proposé bien des fois aux autres ce truc qu'ils sniffaient un peu, mais très peu pour moi. 


« Et régulièrement il était… Comment dire... » J'étais la seule fille du groupe, et peut être qu'il aimait un peu trop ça. « Assez violent, si on lui refusait quelque chose. »

Je me redressais, quittant les bras d'Eddy, lui tournant le dos. J'étais littéralement en apnée. J'attrapais le bas de mon tee shirt, le passant au dessus de ma tête, me retrouvant de dos, en soutien gorge. Je restais tête baissée, lui montrant la cicatrice, partant du milieu de l'omoplate, descendant vers la colonne vertébrale. Elle était encore un peu neuve, mais la douleur était partie. Heureusement, on ne voyait presque plus les bleus des coups que j'avais reçu.


« Y'a une semaine, je lui ai refusé des avances, et ça lui a pas plu. Mais je savais pas que le mec se baladait avec un couteau sur lui... »
© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Jeu 4 Aoû - 17:54


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


L'album, c'était une chose, mais j'étais encore plus heureux de revoir Zoey ici, de la serrer dans mes bras. Parce que sur ce fait-là, je n'avais aucun contrôle. C'était uniquement parce qu'elle l'avait décidé qu'elle était à nouveau là. Et je n'osais même pas dans ma tête, parler de chance, parce que son discours me laissait entendre qu'elle était revenue meurtrie de Seattle, avec de mauvais souvenirs.

Alors... Est-ce qu'être content de la ravoir près de moi était égoïste ? Ouais, parce que ça impliquait ses souffrances à elle. Souffrances que je n'arrivais pas à identifier parce qu'elle restait floue dans ce qu'elle disait, et c'était pas seulement parce que j'étais en train de cuver de la veille. Au contraire, depuis qu'elle était à nouveau dans mes bras, je me sentais particulièrement sobre et éveillé. De même que j'avais l'impression d'être coincé entre l'euphorie et une appréhension bizarre.

Je lui avais alors demandé d'être plus claire, de me raconter. Si elle ne pouvait pas me le raconter à moi, elle ne pourrait le raconter à personne et si elle n'évacuait pas, ça allait la bouffer de l'intérieur comme l'extraterrestre du film Alien...

Ce que je voulais, plus que savoir moi-même ce qu'il s'était passé à Seattle pour que la jeune femme pense à fuir, c'était qu'elle évacue.

Elle avait commencé par un trait d'humour et je reconnaissais bien là ma Zoey. Si j'avais toujours réagi par des crises aux trucs qui me contrariaient ou m'énervaient, elle, elle avait fait de l'humour un putain de bon bouclier. Ça me fit sourire, mais pas longtemps.

Pour l'encourager, je lui avais promis de rester calme, une promesse que j'espérais pouvoir tenir. Ouais... Sauf que je m'attendais à des disputes, des tensions dans le groupe, une ambiance pourrie, une ville de merde et peut-être même des insultes...

Ouais, laisse ça aux dessins animés pour enfants, Cort.

C'était bien pire que ça !

Je l'écoutai attentivement, l'histoire du bassiste qu'il avait fallu remplacé et de ce connard qui avait pris sa place... Et plus elle avançait dans son récit, plus mon regard se faisait fixe et dur (ce qui restait tout de même un fait rare chez moi vu que j'étais bourré 90% du temps)... Mes caresses d'encouragement avaient fini par s'arrêter et mes poings par se serrer.

Mais il ne fallait pas que je m'énerve. Fallait que je garde à l'esprit que deux états me séparaient de cet enfoiré qui avait bien de la chance de ne pas vivre plus près de L.A.

Zoey se redressa et me tourna le dos. Je crus d'abord que c'était parce qu'elle m'avait senti me raidir de rage contenue, mais quand elle enleva son t-shirt, dévoilant une longue cicatrice, je me redressai moi aussi, derrière elle, peut-être un peu brusquement. J'avais les yeux écarquillés, humides de par la naissance de larmes de rage et ma gorge serrée laissa échapper un gémissement qui était en fait une exclamation de colère. Mais j'avais promis à Zoey de maîtriser celle-ci et je faisais de mon mieux. Comme toujours dans ces cas-là, mon cœur se mit à battre dans mes tempes, tous mes muscles étaient tendus à la limite de la rupture et mon cerveau était pris dans un véritable étau... Moi qui avait déjà mal au crâne en me levant, ça n'allait certes pas arranger les choses...

Et le pire, c'était le sentiment d'impuissance ! C'était trop tard, le mal était fait et je pourrais même aller jusqu'à Seattle péter la gueule à cet enfoiré que ça ne changerait rien. Ces atroces souvenirs seraient à jamais gravés dans la mémoire de la jeune guitariste.

Par derrière elle, je réussis enfin à bouger, à défaut de pouvoir parler, pour l'envelopper de mes bras. Mes yeux étaient fixés sur cette cicatrice. Et j'étais en partie responsable. C'était moi qui l'avait encouragée à partir ! Ok, j'étais pas médium, mais quand même !

Je la serrai dans mes bras et mes lèvres allèrent déposer des baisers légers sur la cicatrice que porterait maintenant et à jamais ma belle Zoey.

Je la serrais peut-être un peu fort parce que je n'arrivais pas à décolérer. Et la rage que je retenais, voulant absolument sortir par quelque part, dégoulinait en grosses larmes le long de mes joues.

Fallait que ça sorte... D'une façon ou d'une autre, je pourrais pas tenir longtemps comme ça. D'une voix étranglée, j'annonçai à Zoey.

-Il nous faut des bières. Bouge pas.

Et même si la jeune femme en avait plein ses bagages, je me dirigeai d'un pas raide vers la cuisine, jurant lorsque je marchai sur une canette vide qui me fit mal au pied et manqua de me faire exploser avant que je ne sois dans l'autre pièce.

Une fois dans la cuisine, je plaquai mon front contre la porte du frigo qui était froide, histoire d'essayer de faire descendre la pression et expirant un grand coup. On ne pouvait plus rien y faire, mais Zoey était là, maintenant. Et personne ne pourrait appuyer sur le bouton pour rebobiner la cassette et enregistrer un truc plus joyeux dessus.

Tu ne peux rien faire, Eddy Cort. C'est trop tard.

A cette idée, j'envoyai mon poing droit dans la porte du frigo, au risque de me faire bien mal. Heureusement, ce fut le plastique qui céda et non les os de ma main... Bravo, t'as fait un magnifique cratère dans le frigo, et maintenant ?

Je passai mon avant-bras sur mon visage pour essuyer les larmes, ne me rendant pas compte que je m'étais un peu ouvert le poing. Pas grave. La douleur avait le don de me calmer un peu. J'ouvris la porte du frigo et pris deux bières avant de revenir dans le salon, mon poing dégoulinant un peu de sang, mais pas entaillé assez profond que pour que des points de suture soient nécessaires.

Je passai une bière à Zoey qui avait attendu, restant dans la même position. Je me rallongeai sur le fauteuil, derrière elle, avant de boire la moitié de ma bière... La colère allait redescendre, devenir froide... Et réfléchie...

Mon regard s'était un peu adoucit maintenant que j'avais relâché un peu de pression. Il fallait que je me concentre sur Zoey, pas sur le type qui lui avait fait du mal. Je l'invitai à se rallonger à côté de moi, je voulais la reprendre dans mes bras. Pallier la violence qu'elle avait vécue par toute la tendresse que je pouvais lui donner maintenant.

-T'es à la maison maintenant. T'es à L.A. T'es avec moi...

Quand elle se fut rallongée, je posai un baiser sur son front. Un baiser qui devait avoir un peu un goût salé parce que mes larmes avaient mouillé un peu mes lèvres.

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 7 Aoû - 0:30

Go back to L.A ft. Eddy Cort


Je frissonnais.

Non pas qu'il faisait froid, non, bien au contraire. On était en plein milieu de l'après midi, au mois d'Avril, et il suffisait généralement de deux bières pour avoir déjà envie d'enlever le moindre vêtement.
Là, je frissonnais de sentir Eddy derrière moi se raidir, serrer son poing. Cet étranglement qu'il avait laissé échapper de sa gorge m'avait fait légèrement sursauter. Je sentais sa colère, peut être même sa haine sortir, qui émanait autour de lui.
Pourtant il tenait sa promesse. Pas de cris, pas de coups, pas de hurlements. Du moins, pour l'instant…

Des colères de mon ami d'enfance, j'en avais connu pleins. Des justifiées, d'autres non. Pour toutes les raisons, et sous toutes leurs formes. J'avais réussi à en calmer certaines, d'autres non. Tout ça était tellement variable, de toute manière. Je savais très bien qu'Eddy était comme un volcan sous pression : Il suffisait d'un rien, et il pouvait exploser à tout moment.

Il était derrière moi, je n'osais pas me retourner. Je n'osais pas croiser son regard. Je ne pouvais pas vraiment dire avec précision de quoi j'avais peur. Qu'il me trouve faible ? Trouillarde ? J’exagérais peut être ? Je savais pas trop. Alors je restais là, à frissonner, tandis qu'Eddy m'avait déjà enveloppée de ses bras rassurants, posant de délicats baisers sur ma plaie, presque cicatrisée.

Je fermais les yeux, me concentrant sur ma respiration.

C'était rare, que je fasse ça, généralement presque réservé aux situation d'urgence. D'ordinaire je me calmais en courant, en hurlant, en riant, en chahutant, mais pas en respirant.
Je pris le poing serré d'Eddy dans la mienne, lui caressant ses articulations blanchies du bouts de mes doigts.


« Hey... »

Je voulais lui dire que c'était pas si grave que ça, y'avait pire dans la vie. Des gens qui crevaient tous les jours, des gens qui étaient à la rue. Moi c'était pas grave, j'étais vivante, j'avais de quoi me nourrir, de quoi m'habiller, de quoi dormir… Et puis surtout j'avais lui, Eddy.

Mais il ne m'avait pas laissé le temps, qu'il s'était déjà levé, en direction de la cuisine. Son visage ruisselait de larmes, et je savais pertinemment pourquoi. D'une certaine manière, c'était ma faute !
Je ne savais plus quoi faire, j'étais coincée. Bloquée. J'étais supposée faire quoi ? L'attendre sagement sans bouger ? Aller le réconforter ? Rester à mi chemin ?

BOUM !

Et voilà, le coup était parti. Je ne sais pas contre quoi, mais j'en avais rarement entendu de cette violence. De cette intensité.
J'étais figée. Une main me tenant un bras, recroquevillée, toujours en soutien gorge. Je n'aimais pas me sentir faible, c'était un des pires sentiments qu'il soit.

Mais bordel ! Je m'étais barrée, traverser deux états, échappé à se gars, tout ça pour « me sentir faible » ?! Même mon cerveau était incapable de distinguer. C'était de la bravoure, ou de la couardise ?

Eddy était revenu dans la cuisine, la mine toujours aussi fermée, mais cette fois sans larmes, et le poing en sang. Je le regardais, les lèvres légèrement entrouvertes, encore impressionnée de la violence du coup. Je ne savais même pas trop si je pouvais dire des conneries sur ce qu'il venait de se passer…
Ma tête, mon cerveau, toute ma matière grise était en veille. Posée là, dans du brouillard. J'y voyais plus.

Le grand blond c'était rallongé derrière moi, m'invitant à venir le rejoindre. Je ne me fis pas prier. Ramassant mon tee shirt, je me rallongeais à ses côtés, prenant sa main, l’enroulant dans mon tee shirt de sorte à faire un bandage de fortune.


-T'es à la maison maintenant. T'es à L.A. T'es avec moi...


A chaque fois, je me laissais surprendre encore. Eddy était l'homme à la fois le plus colérique, mais aussi le plus tendre que je puisse connaître. Je me sentais toute petite, protégée.
Je lui rendis son baiser, doucement, liant ma bouche à la sienne. J'avais besoin de ça.

« T'en fais pas, je partirais plus maintenant. Vu les dégâts que ça fait… » J'étais sérieuse. C'était limite si je comptais décoller un jour de l'apart, en plus.
Je lui pris sa main, la regardant. Ça saignait encore.


« Décidément… T'as oublié que tu jouais de la guitare, et pas de l'harmonica ? » Lui dis je, doucement, en souriant. Je n'aimais pas le voir moitié triste, moitié colère.

Je voulais qu'on redevienne nous deux. Zoey et Eddy. Deux petits cons qui se transforment en diable de Tasmanie lorsqu'on les laisse seuls dans une pièce. Deux amis d'enfance, deux amoureux. Rien d'autre.
J'avais quitté Eddy avait de la colère et de la tristesse, je le retrouvais avec de la colère et de la tristesse. Et le meilleur moyen d'oublier tout ça, c'était certainement de passer à autre chose, de se changer les idées. De toute manière, ce qui était fait n'étais plus à faire, et on ne pouvait rien changer, ni lui, ni moi.

Je le pris dans les bras, me rapprochant de lui, l'embrassant de nouveau, une main caressant sa joue. Je ne savais plus vraiment qui consolait qui, mais j'en avais rien à faire. Mes yeux étaient rivés dans les siens. Ce regard bleu, plein de tendresse.

J'en avais presque oublié la canette, que je tenais dans l'autre main. Je la portais à mes lèvres, déversant littéralement le contenu sur mon nez, mon cou, et ma poitrine.


« Shit ! Même après un an d'entraînement intensif, ça marche pas mieux... » Et y'avait même plus de tee shirt en rab pour essuyer les dégâts. « Un jour j'y arriverais Cort. »
© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 7 Aoû - 15:00


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


Zoey, qui me connaissait mieux que quiconque, mieux que ma propre mère ou que les membres de Roadtramp, fit de son mieux pour essayer de couper court à la rage qui était brusquement montée en moi quand je m'étais rendu compte de ce qu'elle avait enduré à Seattle. C'était bien essayé. Elle avait des gestes doux et ce simple « Hey » de sa voix calme en avait déjà tué dans l’œuf, des colères, depuis qu'on se connaissait. Parfois même, sa seule présence et ce alors que nous étions encore très loin de sortir ensemble, m'avait empêché d'exploser. Parce que je n'aimais pas vraiment qu'on me voit en colère. Je n'aimais pas vraiment cette partie de moi que je ne contrôlais pas, mais je pouvais rien contre. Pourtant, je préférais être le Eddy cool et relax que j'étais la plupart du temps...

Cette fois-ci, le « hey » et sa présence ne suffirent pas. En même temps, je ne piquais pas cette colère parce que j'avais renversé mon coca partout sur des trucs importants, parce que je n'arrivais pas à faire quelque chose ou parce que quelqu'un avait eu un mot de travers au mauvais moment. Non. C'était pour des raisons plus graves et plus sérieuses, mais surtout, à cause de ce foutu sentiment d'impuissance. A cause du fait que ni l'un, ni l'autre on aurait pu savoir à l'avance. Ni l'un, ni l'autre, on aurait pu éviter ça.

Et ni l'un ni l'autre, on ne l'avait mérité.

Mais c'était comme ça. J'avais un porte-clé, quelque part dans tout le bordel de l'appart', qui résumait bien la situation. Dessus, il était inscrit : « Shit Happens ».

Fallait pourtant que ça passe, que je fasse aller une soupape, comme je le disais souvent après une crise. Que je laisse partir toute la pression qui me donnait l'impression d'être une putain de cocotte minute prête à exploser.

C'était le frigo qui avait pris, au final. C'était con, comme geste, ça pouvait avoir l'air de ne servir à rien, vu de l'extérieur. Mais pour moi, mieux valait cabosser ce pauvre frigo, qui avait rien demandé, plutôt que de continuer à sentir mon cerveau compressé et mes tempes palpitantes au point que j'avais l'impression que mes oreilles allaient commencer à siffler. Et ça avait eu l'effet escompté. La douleur m'avait un peu remis les neurones en place et j'avais pris deux bières que j'avais ramenées au salon.

Zoey n'avait pas bougé. Je savais qu'elle n'aimait pas que je pique des crises. Il fallait dire que bien des fois, c'était sur elle que j'avais hurlé alors même que ce n'était pas à elle que j'en voulais, qu'elle n'était en rien responsable de ce qui se passait. Jamais, cependant, je n'avais levé la main sur elle comme l'avait fait ce taré de Seattle.

Je lui avais passé la bière fraîche et m'étais rallongé sur le divan, en sa compagnie. La colère laissa doucement place à la tendresse et au désir que j'avais de protéger Zoey, mon amie d'enfance. Et cette protection était réciproque. Ce n'était pas parce que j'étais un garçon que c'était forcément moi qui protégeait la fille. Cette protection avait toujours été dans les deux sens. On s'était serré les coudes à l'école, on continuait aujourd'hui à le faire, comme si c'était un vieux réflexe instinctif.

Preuve en était, la première chose qu'avait fait Zoey, c'était utiliser son t-shirt pour l'enrouler autour de mon poing dont je remarquai seulement à ce moment-là qu'il saignait.

-Oh... Merde...

Bah, c'était pas la première fois. A force, il devait être invincible ce poing.

Zoey disait qu'elle ne partirait plus, ce qui voulait dire qu'on resterait ici, ensemble, dans cette ville bienveillante qui nous avait vu naître...

Je souris et l'embrassai encore, la serrant un peu plus contre moi en faisant attention à ne pas appuyer trop dans son dos quand même. Seulement maintenant que j'étais rassuré, de la voir contre moi, pratiquement torse nue, me rappelait notre dernière nuit ensemble, pendant la tournée.

J'enfouis mon visage dans son cou, mon nez et mes cheveux chatouillant doucement le haut de ses seins, tout en lui laissant le loisir d'examiner mon poing par dessous son t-shirt. Je rigolai, un peu étouffé comme j'étais tout contre elle. Bordel, mes tempes... C'était le pire après une colère, la décompression au niveau des tempes...

-T'inquiète pas pour ma main... Elle en a vu d'autres...

Précision pratiquement inutile à faire à Zoey puisqu'elle le savait. Sans vraiment bouger ma tête qui était très bien là où elle était, je relevai les yeux vers le visage de Zoey...

-Peut-être que je devrais me mettre à l'harmonica, au cas où...

Elle me serra un peu plus dans ses bras et je me redressai un peu vers elle quand elle sembla réclamer un baiser que je lui accordai avec plaisir. Puis, je passai quelques secondes à redécouvrir son regard avant qu'elle ne prenne une gorgée de bière. La mienne, fraîche et à moitié vide déjà, je la tenais, posée sur le flanc nu de la jeune femme.

J'éclatai de rire quand Zoey se renversa de la bière partout. Tout ce qu'elle avait pu vivre ne l'avait pas fondamentalement changée. Elle était beaucoup trop forte pour que ce psychopathe ait réussi à la traumatiser réellement. Je terminai ma propre bière d'une traite avant de reprendre la parole en rigolant, laissant tomber ma cannette vide par terre.

Ah, c'est pas vrai, si on me donnait un dollar chaque fois que tu fais une couille, Dandeth, je pourrais faire concurrence à Daniele Ricci...

Puis j'arrêtai subitement de rire, me mordant la lèvre inférieure en voyant la bière dégouliner de son nez, dans son cou et sur sa poitrine.

-Attends... Je vais arranger ça... Le gaspillage, c'est mal.

Je vins, d'un baiser et en fermant les yeux, chercher la gouttelette de bière qui restait en équilibre au bout de son petit nez. Puis, soupirant d'aise, je suivis le trajet du liquide dans son cou, l'embrassant ou léchant du bout de la langue sa peau qui donnait l'impression d'être pétillante.

Et en ce qui me concernait, y avait pas que là que ça commençait à pétiller...

J'arrivai bientôt à sa poitrine que je couvris de baisers après en avoir aspiré la bière du bout des lèvres.

Après un moment, dérangé dans mes mouvement par son soutien-gorge, j'en fis sauter l'attache dans son dos en la regardant avec un air joueur... Après une colère et maintenant tout l'inverse, j'allais pouvoir retourner dormir, trop d'émotions sur une journée, tout ça !

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Mar 9 Aoû - 22:59

Go back to L.A ft. Eddy Cort


Eddy venait d'enfouir son visage dans mon cou. Je pouvais sentir son souffle chaud contre moi, riant un peu à mes conneries. La colère devait certainement être en train de passer…
Je contemplais son poing, emmitouflé dans mon tee shirt, qui était tout éraflé, et qui saignait pas mal.


-T'inquiète pas pour ma main... Elle en a vu d'autres...


ça, j'étais bien au courant qu'elle en avait vu d'autres ! Je crois que ce coup de poing donné contre je ne sais quoi ne devait être pas grand-chose comparé au steak cuit qu'elle était devenue, suite à l'explosion qu'ils avaient fait après de (faux) essais pyrotechniques. Et c'était probablement la fois où j'avais été le plus inquiète pour son avenir de guitariste. Mais fallait croire que ses parents devaient prier assez fort pour lui, car à chaque coup, chaque coupure, chaque égratignure à sa main, il se remettait à jouer quelques jour plus tard sans perdre son talent.


« Je t'en offrirais un, tiens, d'harmonica. Pour ton anniversaire »
Lui dis-je en souriant. C'était dans pas longtemps en plus ! Allez, un mois ? Mais je n'eus pas le temps de donner d'avantages de détails que Eddy avait décidé de déloger sa tête de mon cou, pour rejoindre mes lèvres que je lui tendais… Posant sa canette, froide, contre mon flanc.

« Hey c'est froid ! »
Je lui poussais le bras, lui mettant la mienne dans le coup par la même occasion, avant d'essayer pour la énième fois d'en boire une gorgée allongée… Et de m'en mettre partout.

La colère d'Eddy semblait envolée, partie. Il avait tenu parole finalement, malgré mes craintes. Il n'avait pas crié, il n'avait pas non plus tout envoyé valsé. Juste un coup de poing. Et malgré le bruit, les autres ne semblaient pas avoir étés réveillés.


-Attends... Je vais arranger ça... Le gaspillage, c'est mal.


Ça, c'était bien n'importe quoi. Les mecs étaient les premiers à laisser moisir n'importe quoi dans un coin de l'appart : Et ça allait des croûtes de pizzas oubliées dans un carton, jusqu'aux légumes que quelqu'un qui était passé par là avait décidé de leur filer, sans doute jugeant leur régime alimentaire assez déséquilibré.

La bière c'était étalée partout sur mon coup, mon visage et ma poitrine lorsque j'avais essayé de boire. C'était pas nouveau, mais ça me faisait marrer de réessayer. D'ailleurs, si moi ça m'avait fait rire, le visage du joli blond était redevenu tout sérieux, et se mordant les lèvres, avait décidé de récupérer la bière d'une manière… Plutôt agréable.
Je soupirais avec lui, quand il détacha l'attache de mon soutien gorge, laissant ma poitrine nue. Je retrouvais Eddy là où je l'avais laissé, et on était en train de tout continuer comme si de rien n'était. Je fermais les yeux, me concentrant sur les baisers que m'offrais le chevelu.

Il fallait bien l'avouer : ça aussi ça m'avait manqué. Tellement, même. Mon cerveau avait reçu tellement d'émotions et d'éléments différents en un court laps de temps, c'était confus. Mais mon corps lui l'étais bien moins, et même si la fatigue était présente, ma tête et mon âme semblait apprécier ce qu'il se passait.

… Avant qu'il n'y ai plus rien. Il s'était rallongé à côté de moi, faisant mine de dormir. Non mais c'était une blague ?! Je rouvris brusquement les yeux, le regardant en fronçant les sourcils.


« Mais quelle feignasse ! T'as dormi toute la journée ! »
Lui dis-je à moitié en riant, à moitié en boudant, dans le creux de l'oreille. Il avait pas le droit de me faire ça !
Désemparée, je terminais ma bière, la posant en bas du divan. J'approchais de son visage, tout en l'embrassant, tout en caressant doucement son dos, descendant dans le creux des reins, puis en passant sur ses fesses, jouant avec l'élastique de son caleçon.


« Ah non pardon, tu dois avoir sommeil… »
Je venais de m'arrêter net, me retournant entièrement, de manière à lui tourner le dos. Je pris ses mains alors pour venir m'envelopper moi même de ses bras.
© Billy Lighter


Spoiler:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Jeu 11 Aoû - 16:38


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


Zoey voulait m'offrir un harmonica pour mon anniversaire et je souris. Bah, pourquoi pas, d'un côté. Y avait peut-être moyen de faire quelque chose d'original avec un harmonica. Mais telle ne fut pas la réponse que je donnai à Zoey, mon visage toujours enfoui dans son cou...

-Mmm... Le plus beau cadeau que tu puisses me faire, tu me l'as fait aujourd'hui...

Puis, j'avais posé ma canette sur son flanc et elle repoussa mon bras et, par extension, la canette, et se vengea directement en plaçant la sienne dans mon cou. Mais sa vengeance ne fut pas vraiment d'une grande efficacité...

-Oh ouais... Ça, ça fait du bien...

Ouais, tu m'étonnes, mon corps était encore en surchauffe de l'explosion qu'on avait évitée. Je l'avais donc laissée faire jusqu'à ce qu'elle la retire pour en boire une gorgée... Enfin, elle en mit plus à côté que dedans, mais finalement, tout ça me permit de l'embrasser et de goûter sa peau partout où la bière s'était renversée.

J'avais libéré la poitrine de la jeune femme et elle avait soupiré en même temps que moi. Puisqu'on ne pouvait rien faire contre ce qui s'était passé à Seattle, autant faire comme si de rien n'était même si quelque part, ça me frustrait au plus haut point... Alors, j'avais repris là où on en était. Et j'étais tellement bien là, tellement au chaud, rassuré par sa présence, envoûté par son odeur...

Ben, que j'avais tout doucement recommencé à somnoler.

C'est l'exclamation de Zo qui m'avait fait rouvrir les yeux. Mais je fus ravi quand elle m'embrassa après avoir terminé sa bière et je frissonnai en sentant ses main descendre le long de mon dos jusqu'à jouer avec l'élastique de mon caleçon. Oh. Ouais. Là maintenant, j'étais réveillé. Tout mon corps était réveillé.

-Ben non je dors pas!

Ohla. Vite rattraper le coup, maintenant. En quelques petits gestes, elle avait réussi à vraiment me mettre en route pour la journée. Ou tout du moins pour une bonne partie de plaisir en sa compagnie ! Je gémis en l'embrassant plus langoureusement, avec plus d'insistance. Mais quand elle y mit fin, ce fut pour se retourner et se couvrir de mes bras autour d'elle.

Je me redressai sur un coude. Ah non ! Elle pouvait pas me laisser dans cet état-là maintenant !

-Hey ! Hey ! Hey ! Non ! Je suis pas crevé du tout!

Mais j'avais d'autres arguments. Bien que ce soit elle qui devait être la plus fatiguée de nous deux... Je ne voulais pas la laisser s'en sortir comme ça même si au départ, c'était ma faute puisque c'était moi qui avait fermé les yeux tellement j'étais bien près d'elle.

J'embrassai ses épaules, faisant attention, mais passant quand même mes lèvres sur sa cicatrices par moment pour qu'elle se rende bien compte que ça ne changeait strictement rien pour moi. Je souriais en la couvrant de petits baisers qui l'invitaient à me faire face à nouveau.

-Zo... Zooo... C'était une blague...

Je chatouillai sa nuque de mon nez, j'avais des papillons dans le bas-ventre et les courbes que dessinait son dos alors qu'elle était allongée sur le flanc étaient plus qu'une invitation à l'amour. La nuit que j'avais passé avec Maria, la secrétaire m'avait semblé être la plus belle femme au monde. Et ben je me gourais, à l'époque, totalement. La plus belle femme du monde, elle était à côté de moi depuis mon enfance. C'était juste que je ne le réalisais que maintenant.

Ma main glissa de son flanc à son ventre, avant de remonter doucement mais en ligne droite vers un de ses petits seins que je couvris avec toute la tendresse dont j'étais capable. Je refermai les yeux et embrassai son cou un peu couvert par ses cheveux bruns. Je me collai un peu plus à elle, pour qu'elle réalise que j'étais vraiment super bien éveillé maintenant.

Et que j'avais envie d'elle.

© Billy Lighter



Spoiler:
 











EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Lun 15 Aoû - 19:30

Go back to L.A ft. Eddy Cort


Eddy venait de s'assoupir, et retourner lentement dans le sommeil. J'aurais pu moi aussi ne rien dire, le regarder s'endormir tout doucement, peut être aller chercher quelque chose pour nous couvrir, mais non. J'avais décidé de réveiller de métaleux. Et ça avait plutôt bien marché !

-Ben non je dors pas!


Il avait rouvert de nouveau les yeux, et rendait mes baisers en m'embrassant plus langoureusement. Je souriais, en me retournant, m'enveloppant de ses bras. Finalement, c'était peut être bien moi qui allait m'endormir, là, tout de suite. Contre son corps, mon dos collé contre son torse, toute sa chaleur et son odeur m'enveloppait.
Je le sentis qui se redressait derrière moi sur un coude, surpris, ce qui me fit rire franchement.

J'adorais Eddy pour ça. On était deux grands enfants, toujours en train de se chercher perpétuellement, et j'adorais le taquiner, chercher jusqu'où il pourrait être naïf. Il embrassait mon dos, mes épaules, ma nuque…
Quelques fois il effleurait le haut de la cicatrice suite au coup de couteau que j'avais reçu, me faisant légèrement frémir. Non pas que j'avais mal, ou que ça me faisais peur non, loin de là. C'est juste que c'était une sensibilité nouvelle, avec laquelle je n'avais pas vraiment l'habitude. Intérieurement, j'étais tout de même un peu étonnée qu'il s'en accommode aussi bien. Étonnée, mais par conséquent soulagée, aussi. Ça me faisait du bien de savoir que pour lui, c'était possible de passer à autre chose, et d'occulter cette parcelle sombre qui s'était passée pour moi. Je savais que ce n'était pas un exercice facile pour lui, et que ça apportait beaucoup de frustration. De toute manière, quelque chose me disait que cette histoire était loin d'être finie, et que c'était pas la peine de crier victoire trop tôt…


-Zo... Zooo... C'était une blague...


Sa main remontait doucement le long de mon ventre, enveloppant mon sein. C'était tellement doux et agréable… Je me retournais doucement sur le dos, Ed' se rapprochant un peu plus de moi. Je passais mon bras sous son flanc, permettant moi aussi de venir un peu plus contre lui.
Je l'embrassais de nouveau avec insistance, mon autre main remontant doucement caressant sa joue, calant quelques mèches de cheveux blonds qui me chatouillaient derrière son oreille.


« Je boude pas ! »
Répondis-je dans un murmure. Ça serait bien la dernière chose que je serais capable de faire, bouder dans un moment pareil. Je venais de retrouver mon meilleur ami, mais aussi la personne dont laquelle j'étais complètement dingue. Et on était en train de passer un moment complètement hors du temps…

Je l'embrassais encore, fermant les yeux et en glissant doucement mes mains sur le bas de son dos. Mon corps brûlait de désir pour lui.
© Billy Lighter


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Mer 17 Aoû - 18:08


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


Je ne voulais pas que Zoey s'endorme malgré que ce soit probablement ce dont elle avait le plus besoin. Et d'autant qu'en plus, c'était moi qui avait commencé en somnolant bêtement le jour où il m'arrivait la meilleure chose de ma vie ! Qui aurait clairement été encore meilleure si une grande balafre ne marquait pas le dos de la jeune femme... Mais j'étais prêt à affronter ça avec elle, étape par étape si elle en avait besoin. Je voulais juste être près d'elle comme on l'avait toujours été l'un pour l'autre.

C'était marrant, quelque part... Parce que l'un comme l'autre, on avait hésité longtemps à sortir ensemble, à s'avouer qu'on se sentait être plus que de meilleurs amis. Justement parce qu'on avait peur comme deux cons de bousiller cette amitié.

Mais non, c'était tout le contraire, parce qu'on avait pas remplacé notre « statut » d'amis par celui « d'amants », on avait combiné l'un avec l'autre. On était en couple sans avoir perdu cette confiance l'un dans l'autre qui nous avait toujours caractérisés.

Sous mes supplications, Zoey s'était retournée vers moi avec un regard des plus doux, passant du même coup son bras sous mon flanc, se serrant un peu plus contre moi. Et elle m'avait embrassé encore, geste que j'avais accueilli avec gratitude. Ouf ! Sauvé ! Bien rattrapé, Cort !

J'eus un grand sourire calme quand elle m'affirma ne pas bouder. Je lui avais alors murmuré à mon tour.

-Ça tombe bien, moi non plus...

Je rigolai avant de frissonner quand je sentis ses mains redescendre là où elles étaient un peu plus tôt. Ouais, « manqué » n'était vraiment pas le mot... Après son départ, et malgré la bonne soirée que j'avais passée avec Maria, Zoey était restée présente dans mon esprit. Parce qu'elle avait toujours fait partie de ma vie, et parce qu'elle avait aussi fait partie de Roadtramp, même si ce n'était que temporaire. Son absence avait laissé un grand vide.

Vide qui était maintenant comblé. Et alors qu'elle m'embrassait à nouveau, je me sentais moi-même. Los Angeles elle-même n'avait plus été la même de par l'absence de Zoey Dandeth. Elle m'avait semblé pleurer un enfant parti trop tôt.

Mais on ne quitte pas L.A. comme ça. Et ma Zoey l'avait appris à ses dépends, avec une marque assez grande et douloureuse pour qu'elle n'oublie jamais cette leçon.

C'était hard, mais c'était comme ça.

Mes mains sur les hanches de Zoey, je l'invitai à s'installer sur moi. Je voulais la sentir allongée sur mon propre corps, sentir cette chaleur qu'elle dégageait maintenant et qui me faisait déjà transpirer comme en réponse à son propre désir.

Une fois qu'elle fut là, j'admirai quelques secondes le haut de son corps et son visage si doux. Quel monstre, quel connard avait bien pu ne serait-ce qu'être effleuré par l'idée de faire du mal à une femme avec des traits aussi doux et gentils ? C'était clair qu'elle pouvait être joueuse, espiègle, on avait fait les 400 coups ensemble et on rivalisait d'imagination pour ça. Mais jamais on avait fait quelque chose de méchant, quelque chose qui aurait pu faire du mal à autrui.

Je ne comprenais pas, ça m'échappait... Mais les caresses de Zoey, qui voulait certainement plus que jamais passer à autre chose, du moins pour un moment, me ramenèrent à la réalité qui était prometteuse et belle, et ce sans pour autant avoir de l'alcool à crever dans le sang...

-Je croyais plus jamais pouvoir faire ça...

J'avais dit ça avec, dans les yeux, de l'admiration pour Zoey. Non seulement parce que, pour moi, elle était juste magnifique, mais aussi parce qu'elle avait eu le courage, malgré ce que ça lui avait rapporté, de sortir des limites de Los Angeles pour tenter sa chance.

Jamais, moi, j'aurais osé faire pareil. Elle avait toujours été plus téméraire que moi...

Je me redressai pour m'asseoir, lui faisant face maintenant, mon torse nu contre le sien dont je sentais durcir les petits seins. Puis, mon nez et mon front contre les siens, je fermai les yeux, passant mes mains une fois dans son dos, une fois le bout de mes doigts le long de son ventre.

Doucement, j'entrepris, en l'embrassant, de détacher son jeans qui devait lui tenir beaucoup trop chaud et pas seulement parce qu'on était excités tous les deux, mais aussi parce qu'il faisait très lourd en cette après-midi à Los Angeles.

Une fois bouton défait, zipper dézippé, je m'allongeai à nouveau dans le divan pour qu'elle puisse bouger afin que je fasse glisser son pantalon le long de ses jambes. Le tout se faisant avec une extrême douceur, comme si on voulait que ce moment ne se finisse jamais.

Une fois débarrassés du vêtements, les vieilles baskets défoncées de Zo balancées à terre par elle-même, c'est moi qui laissai tomber le jeans à terre. Nous étions à égalité maintenant, ne portant plus qu'un sous-vêtements tous les deux.

Je m'amusais, de mes mains et des mes lèvres, à redécouvrir le corps de Zoey.

Mais c'était toute entière qu'elle m'avait manqué.

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 21 Aoû - 1:14

Go back to L.A ft. Eddy Cort


-Ça tombe bien, moi non plus... murmura le grand blond, le sourire aux lèvres, lorsque je lui avait dit d'une petite voix que je ne boudais pas.

Et pourtant, il y en avait des raisons de m'en vouloir. Autres que juste avoir tourner le dos pour faire semblant d'être vexée. Il y avait en premier lieu celle d'être partie. Combien même on m'avait poussé à y être allée. Puis celle de ne pas avoir donné de nouvelles, et enfin celle d'être revenue comme une fleur sans avoir prévenu personne. D'avoir lâché mon groupe aussi, et peut être même d'avoir renoncé à un avenir plus ou moins brillant.

Peut être que tout ça était lié de toute manière à l'erreur numéro une : Celle d'être partie. Bon, en soit c'était peut être pas tant une erreur : J'avais énormément appris, j'avais acquis de l'expérience, une maturité. Et même si tout ce que j'avais fait là bas m'avais paru horriblement fade, Il n'y avait pas eu que du négatif, bien au contraire.

Je sentis Eddy frissonner, lorsque mes mains vinrent se placer dans le creux de son dos. Il mit alors ses mains sur mes hanches, me hissant pour que je vienne sur lui, et je ne me fis pas prier. Le divan était un peu étroit, on y tenait vraiment à la limite, l'un à côté de l'autre. Là maintenant, on avait un peu plus d'espace, plus libres de nos mouvements.

J'étais maintenant allongée sur lui, une main glissée dans son dos, l'autre dans sa nuque. Nous nous embrassions toujours, lorsqu'il me dit quelque chose tout doucement, murmurant.
Je lui caressais doucement la joue, souriant d'un coin de la bouche. Je ne répondis pas, mais mon cerveau était en ébullition, et pour pleins de raisons.

Il y avait pleins de chose que moi aussi, je ne pensais ne plus jamais pouvoir faire.

Et pour être honnête, quand j'étais partie de L.A, j'avais eu vraiment peur que le fait de ne plus revoir mon petit ami en soit une. C'était peut être même la plus grande crainte que j'avais. On s'était dit presque adieu, jugeant stupidement que ce qui était le mieux pour nous, c'était de couper tout contact. Quelle erreur…

Mais c'est comme ça, la vie vous rattrape et les projets changent de toute façon. Et pas de la meilleure des manières, en tout cas en ce qui me concernait, c'était certain. Je savais bien que tôt où tard j'allais revenir à Los Angeles. Peut être seulement temporairement, mais je ne pensais pas une seule seconde que ça serait aussi précipité et aussi… Définitif. D'un côté c'était difficile, autant de changement en si peu de temps, alors que de l'autre, c'était complètement rassurant.

Rassurant d'être de nouveau dans cet appart sans dessus dessous, avec Eddy, tout contre moi, sa peau contre la mienne et les autres membres de Roadtramp ronflants dans la pièce d'à côté.

Je pouvais sentir son souffle, sa peau se tendre et se détendre au rythme de sa respiration. J'en profitais pour l'embrasser doucement dans le cou, laissant son odeur m'envahir.
Le jeune homme se redressa, m'emportant avec lui. Mes jambes autour des siennes, il entreprit de dézipper tout doucement mon jean, me débarrassant lentement du vêtement que j'avais porté pendant le voyage, en profitant aussi pour enlever par la même occasion mes baskets, bien usées par le voyage. Le bout de mes seins se durcissait, mon corps explosant de désir pour le grand blond. Ma peau était brûlante, et mes baisers s'intensifiaient.

Je l'embrassais, et rendait langoureusement ses baisers. J'avais l'impression de n'avoir rien vécu d'aussi agréable depuis des années. D'aussi doux, d'aussi tendre et délicat. Je redécouvrais des sensations que j'avais presque oubliées.

Lorsque je me rallongeais de nouveau contre lui, le tout valsa sur le côté du canapé, me retrouvant alors uniquement avec un seul sous-vêtement, comme Eddy. Ses mains parcouraient mon corps, et les miennes faisaient exactement de même. Je redécouvrait chaque parcelle de peau, commençant par le cou, descendant sur son torse tout doucement, du bout des doigts.

Je gémissais doucement lorsqu'il embrassait des parties de mon corps. Les petits papillonnement que j'avais ressentis en retrouvant mon ami d'enfance c'étaient intensifiés d'une telle force que je pouvais les sentir à présent même au bout de mes doigts, et particulièrement là où les lèvres d'Eddy touchaient.

Une main remontait de nouveau dans sa nuque, effleurant sa joue du pouce, décalant mon visage du sien. La seconde descendit doucement du torse vers son ventre, mon corps ondulant doucement contre le siens.

Je me décalais mon bassin légèrement, juste de quoi permettre à ma main de finir sa course entre son ventre et son caleçon, que je lui enlevais aussi délicatement qu'il l'avait fait pour mon jean.
© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Mar 23 Aoû - 20:40


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


Après être passé de l'euphorie des retrouvailles à la colère en apprenant ce qui s'était passé pour Zo à Seattle. Puis de la tristesse à la rigolade, le silence était tombé entre nous, laissant place à la douceur. Et de tous ces sentiments par lesquels on venait de passer, c'était peut-être celui-ci qui était le plus fort, le plus profondément encré en nous. J'avais cette impression que le monde pouvait s'écrouler tout autour de nous, l'appart, lui, tiendrait juste parce qu'on était dedans et que rien ni personne, ni dieux, ni maîtres, ne pourrait rien faire contre ce qu'on ressentait maintenant et qui semblait envahir la pièce.

Je soupirais d'aise en sentant les mains de Zoey voyager sur mon corps alors que nous étions pratiquement nus tous les deux. Et comme je n'en avais rien à foutre de savoir que les autres pouvaient se réveiller d'une minute à l'autre et débarquer ! Je les savais fous, mais assez respectueux pour s'éclipser par la fenêtre de la chambre s'il fallait afin de nous laisser tranquilles. Même si eux aussi seront extrêmement heureux de revoir notre petite Zoey.

Ben il leur faudra attendre, parce que là, elle était à moi et rien qu'à moi et vice-versa.

Zoey n'attendit pas beaucoup avant de chercher à faire glisser mon caleçon et je l'y aidai, accompagnant son mouvement en posant mes mains sur les siennes, arrêtant de l'embrasser deux secondes pour lui sourire. Une fois nu, je refermai les yeux, profitant de la chaleur de Zoey, particulièrement celle que je pouvais maintenant clairement sentir au niveau de la partie la plus intime de son corps.

Je respirais fort et soupirais alors que mon désir pour elle ne faisait que croître. Je la serrai un peu plus contre moi, comme si ma vie en dépendait embrassant son cou et ses épaules, goûtant sa peau jusqu'à la pointe de ses seins.

Mes mains glissèrent le long de son dos, passant sous son dernier vêtement pour caresser ses fesses aux courbes agréables. Et dans mon mouvement, je l'invitai à m'aider elle aussi à l'en débarrasser parce que sans son aide, j'allais encore tout déchirer comme ça nous était déjà arrivé plusieurs fois.

Une fois qu'on fut quitte de ce dernier vêtement, je m'allongeai sur le dos et attirai Zoey contre moi par des caresses. Je bougeai du bout des doigts les mèches de cheveux qui lui tombaient devant la figure, la bouche déjà entr'ouverte du plaisir de la sentir onduler contre moi. C'était maintenant elle qui dictait le rythme de ma respiration.  

Je vins ensuite chercher doucement ses lèvres, puis allai sensuellement chercher sa langue avec la mienne, la sentant de plus en plus humide à mesure que ses ondulations s'amplifiaient et devenaient un peu plus rapides et insistants.

Je prolongeai le baiser jusqu'à ce qu'un gémissement ne demandant qu'à sortir me force à y mettre fin. Je penchai ma tête en arrière, murmurant son nom dans un souffle. Pour avoir fait l'amour à Maria, sans qu'il y ait de réels sentiments entre nous, et à Zoey, je saisissais maintenant toute la différence.

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Dim 2 Oct - 22:20

Go back to L.A ft. Eddy Cort


Je n'avais jamais été quelqu'un de patiente. Et aujourd'hui encore moins que d'habitude. Je n'avais pas attendu qu'on se raconte tout ce qu'on avait raté l'un l'autre, je n'avais pas attendu de reposer mon corps encore courbaturé du voyage, je n'avais même pas attendu que les gars se réveillent, ou qu'on aille dans un autre endroit – histoire d'être tranquilles - . Non. J'avais tout précipité.
Ce n'était pas pour me déplaire, et visiblement, ça ne déplaisait pas à Eddy non plus.

Entre ses soupirs, et ma respiration qui s'intensifiait à chaque seconde un peu plus, le monde autour de nous avait soudainement cessé d'exister.
Je sentais le corps d'Eddy brûlant contre moi, m'aidant à enlever le dernier bout de tissu, dévoilant la (seule) parcelle de son corps qui ne m'avait pas été permise de voir depuis que j'étais rentrée dans l'appartement de son meilleur ami.

Je me mordis la lèvre inférieure, lorsque les siennes vinrent embrasser ma poitrine et mon cou, frémissant quand sa main vint à son tour enlever mon dernier sous vêtement. Ça chatouillait un peu le bas de mon dos et le creux des reins, mais ne faisais que croître le plaisir, ce qui m'octroyait un petit gémissement. Je l'aidais à l'enlever, assez surprise qu'il ne se précipite pas et prenne son temps.
Par le passé, le nombre de fringues qui avaient été déchirés de cette façon (sous vêtement ou non) par couvert de la précipitation était assez dingue… Finalement, j'étais la seule à être de nature impatiente, à y réfléchir.

Nous étions complètement nu tous les deux. Je n'avais pas revu son corps depuis longtemps, et pourtant je n'en avais pas oublié le moindre détail. Eddy se rallongeât sur le dos, m'emmenant doucement contre lui. J'hésitais entre garder les yeux fermés ou les ouvrir. Profiter de son visage et de son corps, ou essayer de ressentir les choses plus profondément. Ce fut Eddy qui me fit prendre une décision, m'obligeant à fermer les yeux. Il m'embrassait intensément, nos langues venant jouer entre elles.

Tout mon corps allait exploser de désir pour lui, et ça devait certainement se ressentir. Moi aussi d'ailleurs, je le sentais durcir de plus en plus.

Et lorsqu'il murmura doucement mon nom, je n'en pouvais plus. Je me redressais, laissant nos deux corps ne faire plus qu'un.
Je gémissais de plaisir, en profitant pour lui mordiller son oreille, plantant légèrement mes ongles sur ses épaules.

Je finis finalement par me redresser complètement pour me retrouver à califourchon sur lui, passant mes mains sur son torse, me cambrant un peu plus, intensifiant mes mouvements.

Le plaisir montait tout autant que le rouge me montait aux joues.
© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1625
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Lun 10 Oct - 21:48


Go Back To L.A.

ft. Zoey Dandeth


Qu'importait la fatigue que le voyage infligeait à Zoey et la gueule de bois que je me payais, on avait été séparés bien trop longtemps. Mais alors que le corps de la jeune femme hurlait qu'elle avait envie de moi, et que le mien faisait pareil, ne demandant qu'à ne faire qu'un avec elle, et bien... Je sais pas... Je prenais mon temps... Et le plaisir n'en était que plus grand.

Pourquoi ? Simplement parce que j'avais le temps de vraiment la regarder, au-dessus de moi et alors qu'il faisait plein jour. Et elle était magnifique.

Mes mains descendaient doucement le long de ses flancs alors qu'elle se frottait contre moi, me faisant soupirer. Je me rendais compte que je ne redécouvrais pas son corps, je le découvrais comme pour la première fois, mais sous un autre angle. La précipitation a quelque chose de vraiment amusant, même déchirer les fringues, c'est marrant et ça nous a valu quelques fous rires. Mais... Dans la lenteur, il y a quelque chose d'autre. C'est pas forcément meilleur, juste différent.

On se regarda un moment, et je profitais autant de mon propre plaisir que de voir celui de Zoey sur son visage. Puis, finalement, je mis fin au contact visuel en me redressant pour venir l'embrasser. Je voulais goûter ses lèvres, je voulais lui faire plus d'effet que ne lui en avaient fait la peur et la douleur, là-bas, à Seattle.

Et ça avait l'air de pas mal fonctionner. De même qu'elle finit quand même par me faire perdre mes moyens, le peu de contrôle que j'avais réussi à avoir pendant quelques minutes sur mon désir pour elle, me faisant prononcer son prénom. Gémissement qu'elle prit comme un signal car elle se redressa pour m'accueillir en elle, doucement, et je la serrai un peu plus contre moi. Je sentais ses ongles s'enfoncer dans mes épaules  alors que mes mains descendaient sur ses hanches pour accompagner ses mouvements.

Et alors qu'on allait de plus en plus vite, on avait de plus en plus de mal à se retenir de gémir, ou de grogner, en ce qui me concernait un peu plus. A un moment donné, alors que je voyais le rouge lui monter au joue, ce qui devait être mon cas aussi, je la regardai d'un air espiègle. J'étais maintenant allongé sur le divan, ses mains posées sur mon torse. Une de mes mains quitta ses hanches et, ne sachant pas trop ce que je devais faire entre céder à mon envie de gémir, de respirer et de rigoler légèrement, je mis mon index en travers de mes lèvres, mon regard lui désignant la direction de la chambre où les autres dormaient.

Ah ouais ? Tu parles, Cort ! A peine mon « conseil » donné à Zoey, c'était moi qui faisais le plus de bruit, en essayant pourtant de me retenir. Mais elle avait accéléré, la joueuse ! Exprès ! Je portai mon poing, cette fois-ci, à ma bouche, pour mordre dedans, mon regard braqué sur celui de Zoey.

Mais quelle délicieuse torture ! Je signe à deux mains pour un minimum de trois fois par jour (pour les nuits, voire contrat annexe) !

Ok. Elle ne m'aurait pas comme ça ! Elle voulait jouer, on allait jouer !

J'accélérai à mon tour le rythme comme je pouvais, venant embrasser le bout de ses seins en même temps. J'allais craquer, mais elle aussi.

Et ça ne tarda pas, évidemment et je terminai assis, le visage dans son cou, essoufflé mais heureux. Je vins caresser ses cheveux quelques secondes avant de me laisser retomber doucement en arrière, l'entraînant avec moi.

Allongés l'un sur l'autre, on méritait bien un peu de repos, maintenant. J'embrassai doucement les joues de Zo...

-Reste à L.A.

Je ne sais pas moi-même si c'était une supplication ou un ordre.

© Billy Lighter












EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Dandeth
avatar


Messages : 177
Date d'inscription : 29/07/2016
Age du personnage : 20


Who am I?
Je suis: Hyperactive, grande gamine, et petite !
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   Mar 27 Déc - 3:01

Go back to L.A ft. Eddy Cort



C’était assez rare de prendre son temps, et de ne pas se précipiter. Et Eddy avait tout fait pour ça, alors que je ne lui facilitais pas la tâche.
Depuis que j’étais rentrée dans l’appartement, Eddy n’avait été qu’une boule de tendresse, et maintenant plus que jamais. Il m’embrassait doucement, et je lui rendais la pareille, profitant de chaque parcelle de sa peau en contact avec la mienne. C’était tendre, doux et beau. Rien à voir avec ce que j’avais pu connaitre, un an en arrière.

Nos ébats s’intensifiaient à chaque seconde un peu plus, et chacun de nos souffles et râlent le faisait comprendre. D’ailleurs, le grand blond me fit comprendre –entre un rire étouffé et un grognement- que ce n’était pas vraiment désirable pour ceux qui dormaient dans la pièce d’à côté, d’un doigt sur les lèvres et d’un coup d’œil discrets. Je n’eus pas besoin de me retourner pour comprendre de quoi il parlait.
Mais c’est qu’il ne perdait pas le sens des priorités, monsieur Cort ! Le regard aussi espiègle que le sien, j’accélérais la cadence. Il allait craquer. Par contre l’effet secondaire indésirable, c’était que moi aussi. Eddy aussi avait très bien suivit, en accélérant de plus belle.

Ce n’était pas désagréable comme ça pouvait l’être parfois, c’était même tout le contraire ! J’avais l’impression de ressentir chacun de ses mouvements de plus en plus intensément. Mon corps n’en pouvait plus, et ma tête non plus. Le blond mordait à présent son poing, et j’avais vraiment envie de faire pareil. Comment rester silencieuse dans un moment pareil ?
Je rejetais ma tête en arrière fermant les yeux. Je ne pouvais plus tenir, j’avais craqué. Mais visiblement je n’étais pas toute seule.

Essoufflés, nous restâmes l’un contre l’autre, le visage d’Eddy enfoui dans mon cou, me chatouillant légèrement. J’embrassais le haut de sa tête, tout en reprenant petit à petit mes esprits. Mes doigts desserrant leur emprise sur son dos, le blond se rallongeât, m’entraînant avec lui.

Nous restions blottis comme ça un long moment, l’un contre l’autre, sans rien dire. Juste en appréciant le moment. Mes doigts effleurèrent son bras, remontant jusqu’à sa clavicule. Je regardais Eddy, qui semblait être un peu ailleurs. J’avais l’impression de n’avoir pas vécu ça depuis une éternité. Je n’avais pas oublié ces sensations, non, loin de là ! Mais ça m’avait tellement manqué…


-Reste à L.A.


J’arrêtais subitement de lui effleurer le bras, en me redressant sur mes coudes.

« Promis. Je ne suis pas revenue pour repartir. Je reste ici Eddy. »


Je l’avais regardé droit dans les yeux avant de lui rendre son baiser sur sa joue. J’étais plus sérieuse que jamais. C’était hors de question que je reparte. C’était hors de question que quelqu’un soit de nouveau blessé par mes décisions. Je l’avais déjà fait en partant à Seattle, je m’étais fait du mal, et je lui en avais certainement fait aussi. Et c’était sans compter la cicatrice avec laquelle je devrais apprendre à vivre désormais.
J’attrapais d’une main le plaid qui était étalé en bas du canapé. Il n’était pas très propre, mais on n’était pas à ça près, ni l’un ni l’autre. Je recouvris nos deux corps nus, avant de me laisser glisser sur le côté, la tête enfouie dans le coup d’Eddy.


© Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Go back to L.A ~ [PV Eddy Cort][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» M. Eddy-Jackson Alexis proteste contre le partenariat entre l’AJH et la MINUSTAH
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Appartement de Clepto-