AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sélène Mortiak
Invité



MessageSujet: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Lun 27 Fév - 19:47


I don't forget you

ft. Sonne Ferguson


J'étais assise devant ma table, des feuilles blanches posées dessus, des enveloppes pas loin et un stylo à la main. Tout était réuni pour que j'écrive enfin une lettre à Sonne. J'étais même allée jusqu'au Golden Nipples Club pour y trouver Viny, le père par procuration de Sonne, celui dont elle m'a tant parlé. Je lui avait expliqué en long et en large pourquoi j'étais ici, pourquoi je la cherchais, le lien qui nous unissais toutes les deux et mes motivations à une cherche aussi poussée. Au final, il accepta de me donner une adresse où je pourrais lui écrire.

Me voila donc, une page immaculée face à moi. Je ne sais pas trop par où commencer. Elle a disparue si précipitamment, je n'ai pas eu le temps de la revoir avant son départ, de lui dire au revoir, de lui poser des questions. Je m'étais vite inquiétée, espérant qu'elle n'ai pas fini par se briser sous les coups de son conjoint, comme ma mère. C'est pourquoi je m’étais décidée à prendre de ses nouvelles en passant chercher des infos chez Viny. Il m'avait rassurée un peu, disant qu'elle était partie dans le Vermont, sans plus. Maintenant que le doute était levé, je me devais de lui écrire.

Ma première amie, ma sœur de joie, celle qui me rends plus légère qu'une plume. Elle me manque, le magasin semble vide sans ses visites, et chaque fois que je regarde les chiens, je repense à tout l'amour qu'elle leur donnait. C'est la tête pleines d'images et de souvenirs que je commençais à écrire.

Sonne,

Mon amie, comment tu vas?

Tu es partie si vite, je n'ai pas compris pourquoi la lumière a cessée d'illuminer mon magasin, et ma vie.
J'ai eu peur que tu ne cède sous les poings d'Atticus. Que tu devienne poussière comme ma mère.

J'ai été voir Viny, il m'a donné ton adresse.

S'il-te-plais, donne moi vite de tes nouvelles.

Sélène.


Le dernier point inscrit à l'encre, j'inspirais profondément après avoir retenue mon souffle tout le long que j'écrivais. C'est une lettre courte, mais je ne suis pas capable d'en faire plus. Première fois que j'écris une lettre, je m'en sors pas trop mal.

Je pliais soigneusement le papier et le rangeais dans l'enveloppe, glissant une photo de Lucky à ses côtés. Finalement, ce petit fripon à trouvé une jeune maîtresse qui raffole déjà de lui. Sur la photo, la petite fille de 11 ans le tient dans ses bras. Elle est atteinte d'un maladie, pour qu'elle ne se sente pas seule et rejetée, ses parents lui ont offert un chien. Son choix s'est porté sur Lucky, plus grand et différents des autres, un peu comme elle. Je sais que Sonne le reconnaîtra.

Je terminais mon oeuvre en écrivant l'adresse de Sonne, la mienne au verso et collant les timbres nécessaires. Une fois tout à sa place, je sortais en bas de chez moi poster ma lettre, en espérant qu'elle ne tardera pas à trouver Sonne et à me ramener de bonnes nouvelles.

©️ Billy Lighter



Dernière édition par Sélène Mortiak le Mar 14 Mar - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 369
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Mar 28 Fév - 4:23


I don't forget you ( août 1981 )

ft. Sélène Mortiak





Le Vermont, tout doucement commençait à revêtir ses couleurs automnales et les vergers promettaient de belles récoltes de pommes.  J’adorais passer mes journée à me promener dans les vergers de la propriété voisine du centre dans le quelle je résidais temporairement.


Il n’y avait rien de mieux à faire, en même temps, que de marcher dehors, respirant l’air frais et en essayant de mettre de l’ordre dans mes pensées.


Mon corps doucement guérissait alors que mon ventre s’arrondissait légèrement, mais les plaies dans mon cœur et dans ma tête restaient vives et douloureuses.


Chaque nuit, quand je posais ma tête sur l’oreiller, je revoyais le visage d’Atticus, déformé par la rage, la drogue et l’alcool. Cette haine qui l’animait en permanence et, encore pire, nos derniers moments alors qu’il avait tenté de réparer. Trop peu, trop tard comme l’adage le dit.


Vers la fin du mois d’aout, on déposa une lettre dans mon casier à l’entré de la grande salle commune. Ma présence dans ce centre étant secrète – même mon enregistrement ici avait été fait sous un faux nom-  je cachais mal ma joie quand je reconnu l’écriture de Sélène.


Ma belle et douce amie…  à qui j’avais dû causer tant de chagrin en m’enfuyant sans même la prévenir. Elle avait dû se confronter à Atticus, comme chaque (trop rare) fois où elle venait me rendre visite et il l’avait probablement chassé  en gueulant comme l’ivrogne qu’il était.


Je dû lire sa lettre au moins une bonne demi douzaine de fois avant de prendre la plume à mon tour et de m’expliquer à mon amie. Je lui devais la vérité. Je lui devais la loyauté.


Citation :


Ma belle amie,

Je ne saurais trouver les bons mots pour te demander pardon pour ma fuite.  Mais je sais que toi, tu comprendras.  J’ai dû le faire pour mieux survivre, pour mieux guérir et me rebâtir.  Si je restais, j’ignore si tu aurais adressé tes mots sur papier ou alors en regardant vers le ciel.
Je me cache, le temps qu’il le faudra mais sache que tu es et seras toujours dans mes pensées. Tu es mon âme, tu es ma sœur,  mon  âme sœur.

Je te promets qu’un jour, nous nous retrouverons.

Je t’aime,

Sonne



Précautionneusement, presque solennellement,  je pliais ma lettre que je glissais ensuite dans une enveloppe sur laquelle j’apposais un timbre et retranscrivit l’adresse de mon amie.  Et enfin, alors que j’allais la déposer à la réception afin qu’elle soit expédié avec le courrier du matin,  je déposais un  baiser sur l’enveloppe, espérant, naïvement, qu’elle accepterait mes maigres explications.


© Billy Lighter







I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Mar 28 Fév - 19:19


I don't forget you

ft. Sonne Ferguson


Ma journée fût merdique. Les clients étaient insupportables, les collègues n'en foutaient pas une et pas de boxe ce soir. Cerise sur le gâteau? Ma voiture a refusé de démarrer, j'ai du rentrer en transports, la laissant près du centre commercial. Sale bique, demain t'a intérêt à être de bonne humeur! C'est donc très tard qu'enfin j'arrivais chez moi, qu'une fois sur mon palier, je me souvenais que je devais prendre le courrier qui est 3 étages plus plus bas. Quand on a pas de tête, il faut avoir des jambes. Qui est l'idiot qui a dit ça?

Ma fatigue et ma colère s'envolèrent vite quand je vis, magnifiquement posée au dessus de toutes mes lettres des factures hideuses, la lettre de Sonne. J'en perdis mes clés qui allèrent s'écraser par terre. Mon amie est bien vivante, et elle ne m'a pas oublié! Je récupérais le tas de lettres, mes clés et je courais dans les escaliers pur arriver le plus vite possible (et à moitié morte) devant ma porte que j'ouvrais à la hâte, bazardant mon sac dans un coin, m'asseyant sur ma chaise avec un grand bruit.

Je regardais la lettre de tout les côtés, comme si elle renfermait un trésor dissimulé dans la couche de papier. Je l'ouvris délicatement, dépliant nerveusement le papier marqué par l'écriture soigneuse de Soso. Mes yeux parcoururent rapidement les mots, trop vite pour que mon cerveau assimile. Respirant profondément, je recommençais, prenant le temps de bien souligner chaque mots, chaque phrase pour ne rien manquer.

Elle me demande pardon. Elle s'est enfuie, elle se cache. Et elle pense à moi.

J'avais un sourire radieux sur les lèvres, mes yeux humides par sa déclaration. Je reposais le papier sur ma table, un ouragan de sentiments et de questions balayait mon esprit pour le rendre fou. Mais je pris le temps de me changer, de manger et d'être sereine pour reprendre mon stylo et répondre à Sonne.

Mon amie,

Je ne t'en veux pas. J'aurais fais pareil. J'aurais aimé pouvoir te sauver et t'emmener loin d'ici. Mais le temps nous a manqué, et je n'aurais pu partir d'ici.

Dis-moi, pourquoi les choses ont précipitamment mal tournées?
Comment vas-tu?

J'espère que tu te porte bien, autant que tu puisse l'être.

Je t'aime aussi, plus encore.

Sélène.


Ma lettre enveloppée, prête à l'expédition, passa la nuit sur la table. J'avais mis tellement de temps à réfléchir sur mes mots que j'avais perdue la notion du temps, j'étais fatiguée et partis me coucher. Avant de partir au travail, je passais devant la boîte aux lettres, impatiente de recevoir une réponse. Le temps va me paraître long, tellement long.

© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 369
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Mar 28 Fév - 22:03


I don't forget you ( août 1981 )

ft. Sélène Mortiak





La seconde lettre de Sélène  fut autant libératrice pour moi que la première. Mon seul vrai contact avec mon ancienne vie, avec celle que j’avais été…avant.  Je m’endormais tous les soirs en lisant ses deux lettres au point que maintenant, je les connaissais par cœur, à la virgule près.


Cependant, et bien malgré moi, je tardais de répondre à Sélène, non pas parce que j’en avais pas envie, mais parce que les mois difficiles que j’égrenais ici dans ma réclusion secrète me pesaient énormément et, au problème déjà bien présent que je devais confronter au quotidien, s’ajoutait une légère dépression.


Je peinais à affronter mes journées et la nuit venue, sauf pour les deux premières heures, je la regardais défiler en  jonglant avec mes trop nombreuses pensées tout en regardant le jour embrasser la nuit.


Et c’est justement au cœur d’une de ces nuits tortionnaires de souvenirs que je sortis mon papier à lettre et que je répondis –enfin- à mon amie.

Citation :

Ma belle amie,
Je te demande de nouveau pardon, cette fois, d’avoir été si longue à te répondre. Ma vie ici n’est pas plus simple, bien que j’y sois pour me reconstruire.  Je le fais parce que la vie m’a conduite sur ce chemin.


Je te dois quelques explications, j’en suis  consciente.  Tu me demande ce qui a précipité ma fuite, du  moins ce qui a fait en sorte que j’ai enfin le courage de quitter Atticus.


Après une querelle – quoi d’autre en même temps – j’ai été gravement blessée. Mais pour une fois, il n’y était pour rien. Assez sérieusement pour que je sois hospitalisé un moment et eu tout un tas de tests. C’est d’ailleurs suite à l’un d’eux qu’on m’a annoncé être enceinte.  Et comme tu dois t’en souvenir, lors qu’une de nos conversation, je t’avais déjà relaté la réaction d’Atticus quand, une première fois  j’avais eu un de ces petits pains au four.  J’ai eu peur, très peur pour ma vie.


Si je suis ici, dans le Vermont, c’est parce que Viny m’a trouvé un endroit  assez loin afin que je puisse me rebâtir et, donner mon enfant en adoption.

J’ai d’ailleurs rencontré les futurs parents et j’ai de bons sentiments envers eux. Ils en prendront soins, bien mieux que je ne saurais le faire…


Mon amie, je t’en pris, continue de m’écrire. Parle-moi de toi, de tes amours avec le beau et ténébreux Amon. Parle-moi de la vie a Los Angeles, de la trépidante fébrilité qui y règne et, oh pitié, parle-moi des nouvelles chaussures proposées !


Je t’embrasse mon amie


À jamais et pour toujours âme sœur,

Sonne


Je devais cesser de me terrer dans mon mutisme et reprendre goût à la vie. Enfin comprendre que mon Salut, je le devais à Sélène, ma fidèle et seule vraie amie.


© Billy Lighter







I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Jeu 2 Mar - 12:53


I don't forget you

ft. Sonne Ferguson


Il m'avais fallu attendre un certain temps relativement long pour recevoir la réponse de Sonne. Mais maintenant que j'avais la lettre entre mes doigts, l'attente s'envola, je pris ma plume et écrivis à mon amie.

Ma Sonne Soleil,

Ne t'excuse pas, c'est le temps qui est trop long entre nous deux. Je suis contente de savoir que tu es a l'abri, bien que ce ne soit pas pour des bonnes raisons.

Atticus est au courant pour l'enfant?
Vas-tu vraiment le donner à l'adoption? C'est un choix difficile à prendre. As-tu des personnes à qui en parler?

J'espère en tout cas que ta grossesse ce passe bien. Viny a bien fait de t'envoyer si loin, tant que tu peux échapper au stress de L.A. et à Atticus.

L.A. est fidèle à elle-même, je ne prends pas plus de temps que ça pour me soucier de la ville. Elle se débrouille très bien toute seule.
Je passe mon temps entre le boulot et les entraînements de boxe avec Amon. Lui aussi, fidèle à lui-même.
Quand à mes amours, avec ce qui s'est passé avec le dernier, je ne suis pas du tout prête à me relancer la-dedans, ce n'est pas fait pour moi.

Et puis, maintenant, c'est à toi que je pense. Je garde espoir que tu revienne bientôt, qu'on ira encore faire les boutiques ensemble.
Je suis passé devant ton magasin de chaussures préféré, il y en a tellement qui brillent que j'en ai perdu la vue un instant. Tu aurais sûrement aimé et acheté toute la boutique cette fois.

Je t'écrirais jusqu'à ton retour. Quand tu seras de nouveau là pour éclairer L.A. de ta lumière, je t'apporterais mes mots jusque chez toi.

Je t'aime, amie de ma vie.

Sélène.


Je ne sors plus beaucoup ces derniers temps. Je travaille plus qu'avant, et je me rends à la salle plusieurs fois par semaine, bien que parfois j'y vais sans Amon, histoire de travailler mes muscles pour lui en mettre pleins la vue la prochaine fois.

Je postais l'enveloppe avant de partir rejoindre Amon à la salle, et durant tout l'entraînement, c'est à mon amie que je pensais. A elle et ses interminables insinuations sur le "beau et ténébreux Amon". Moi je vois surtout un mec qui me donne des gifles et des coups. Le pire, c'est que c'est moi qui les demande.

© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 369
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Ven 3 Mar - 2:42


I don't forget you ( août 1981 )

ft. Sélène Mortiak




Les lettres de Sélène étaient toujours source de réconfort en ce temps de tourmente ou chaque jour devenait un réel fardeau pour moi. Je ne reconnaissais plus mon corps qui changeait  de plus en plus, mes émotions qui allaient et venaient  à leur guise.

Mais malgré tout cela, mon moral tenait le coup, avec l’équipe du tonnerre qui m’épaulait dans ma traversé du désert.

J’ajoutais cette dernière lettre avec les autres et, assise à mon bureau, face à la fenêtre, je sortis une feuille et je commençais à coucher dessus, les mots que je dédiais à mon amie.

Citation :



Ma  céleste Sélène,

Je suis si heureuse de te lire de nouveau.  Tes nouvelles de L.A. sont divertissantes  à comparer la monotonie du Vermont ou je suis séquestré.  Ah, mais, non, tu ne m’as presque rien dit sur L.A., preuve qu’ici c’est d’un ennui mortel !

Cela dit, j’ai si hâte de retourner magasiner des chaussures avec toi ! Il y a tellement  longtemps que je n’ai pas claqué de fric en futilités que je crains vider mon compte de banque dès que je pourrai retourner faire du shopping.

Pour répondre à tes questions… Non, bien sur que non, Atticus ne sait rien pour l’enfant. Ça vaut mieux car je n’ose imaginer ce qu’il lui ferait… puis me ferais. Il avait si mal réagit quand nous avions eu ce «  petit accident de parcours » quelques temps avant, s’il fallait qu’il l’apprenne, il pourrait croire que je l’ai fait exprès.

Et, pour l’adoption, oui j’en suis certaine. Je ne vois pas d’autres solutions de toute façon. Je ne me sens pas prête à devenir mère et j’ai peur de rejeter sur l’enfant, ma colère envers Atticus.  Je ne me sens pas capable de l’aimer.  Mais il est là, en moi et il n’a rien demandé. C’est le plus beau cadeau que je puisse lui faire : une famille qui saura l’aimer et en prendre soin.

Tu ne me parles plus de ton entrainement ? Ai-je été encore une fois trop curieuse avec mes questions ?  Pourtant… tu sais que j’ai du flair pour ce genre de choses mais, promis, je ne t’en parlerai plus.

Je termine ici ma lettre et je te promets d’être plus assidue dans mes réponses. Mon ventre grossis, tu devrais voir ! Je tenterai de t’envoyer une photo dans ma prochaine lettre, tu n’en reviendras pas de me voir aussi énorme !

Je t’embrasse petite étoile de mon firmament !
Sonne

Je me relus, une, puis deux fois avant de plier ma feuille et de la glisser dans l’enveloppe. Avoir la chance d’écrire à une amie aussi proche apportait une toute autre dimension à mon séjour ici. C’était un contact avec la réalité, avec qui j’étais et, grâce à elle, je sentais que je n’étais plus tout à fait seule au monde.


© Billy Lighter







I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Dim 5 Mar - 22:32


I don't forget you

ft. Sonne Ferguson


Ma Sonne chérie,

Effectivement, je n'ai pas beaucoup parlé de la ville. Mais tu l'a connais, elle râle, elle hurle, elle pleure et gronde souvent. Du moins, c'est comme ça que je la vois de derrière le comptoir du magasin. Depuis ton départ, je n'ai plus vraiment pris le temps de flâner dans les rues et les boutiques, préférant en rester à mes habitudes habituelles: mon foyer vide et la salle de sport souvent vide aussi. Mais je garde quand même le moral, tes lettres sont un enchantement pour mes yeux, ramenant de la joie et du soleil sur mon visage.

Je bosse beaucoup en ce moment, j'aimerais bientôt déménager pour un endroit meilleur, toujours à L.A. bien sûr, mais où je ne serais pas compressée entre mes voisins bruyant, malodorants et mal-élevés. Mais avant de chercher mieux, j'ai besoin des dollars qui vont me permettre de réaliser ce projet.

Je t'avoue que je ne sais pas quoi te dire pour l'enfant. Je n'ai pas d'arguments pour te convaincre de le garder, de ne pas l'abandonner d'une certaine manière et d'en faire quelqu'un de bien, tout le contraire de son père. Mais je comprends tellement ta démarche, et c'est déjà un énorme effort que tu fais de lui chercher une famille qui pourra satisfaire ses besoins.
Pourtant, je suis sûre que, contrairement à ce que tu pense, tu serais capable de lui donner tellement d'amour qu'il deviendrait un vrai soleil. Comme toi tu l'a été avec moi, alors que nous nous connaissions à peine. Tu ne fera pas la même erreur qu'Atticus, rejeter un bonheur gratuit. Tu fera une excellente mère, j'en suis sûre.

Mon entraînement avec le "beau et ténébreux Amon" se passe très bien. J'apprends encore des choses alors que cela fait 6 ans bientôt que je pratique ce sport. Mais j'aime ça. C'est libérateur. Tu devrais essayer, je serais ravie de t'apprendre quelques trucs. Amon est pas très causant, comme tu le sais, mais nous allons au café de temps en temps. Papoter de l'entraînement, mais d'autres choses aussi. Même si c'est plutôt moi qui fais la conversation. Ce que je ne peux lui reprocher, c'est son écoute attentive. Avec ses yeux qui me rappellent un océan tourmenté, il me sonde du bout de mes cheveux à la pointe de mes pieds. Je suis presque certaine qu'il enregistre tout ce que je dis, pour pouvoir s'en servir contre moi plus tard.
Comme un flic avec un prévenu...
Mais je m'emballe, il est gentil, le seul qui ne me juge pas. Avec toi, bien sûr.

As-tu vu la photo de Lucky que j'ai glissé dans ma première lettre?
Il est bien grand bien gros, maintenant. Je l'ai revu hier, sa maîtresse vient souvent au magasin pour me dire bonjour (avec lui).

Je m'arrête la pour cette fois ci. Hâte d'avoir de tes nouvelles, tu me manque.
" Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme, c'est un sentiment qui manque à l'amour, la certitude." a dit Honoré de Balzac.

Et je sais avec certitude que toi et moi, on va se retrouver pour ne jamais cesser de vivre des aventures ensemble.

Je t'aime, ma Sonne rayonnante,
Sélène joyeuse.


Toute trépignante de joie, j'embrasse ma lettre avant de la glisser dans la boîte aux lettres, la regardant disparaître pour un voyage vers le lointain, vers mon amie aux talons vertigineux. D'ailleurs, aujourd'hui, je pars faire un peu de shopping avec aux pieds les talons noir et feu qu'elle m'a offert lors de notre première sortie entre copines. Ma première sortie, celle que je n'oublierais jamais.

© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 369
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Ven 10 Mar - 19:55


I don't forget you ( août 1981 )

ft. Sélène Mortiak




Citation :


Mon amie,

C’est encore avec une joie immense que j’ai reçue ta lettre aujourd’hui. Quel bonheur indescriptible que de te lire et de recevoir des nouvelles. Un vent de fraîcheur dans ma grisaille quotidienne.

Étrangement, Los Angeles me manque. Malgré les mauvais souvenirs des années gaspillées auprès d’un homme qui ne me méritait pas, la ville me manque.  Je ne te cache pas avoir songé déménager avec mon accouchement à New York ou ailleurs, quelque part d’aussi vivant mais de recommencer ma vie à zéro me fais peur.

À L.A., j’ai mon job au Club,  Viny qui est comme un père pour moi puis, toi. Ma belle amie, mon âme sœur dans l’infinie. J’y ai longuement réfléchis – je n’ai que ça à faire ici de toute façon – et je crois qu’une fois l’enfant adopté,  je serai  apte à renouer avec ma vie d’avant, là ou  je l’ai laissé en quittant Atticus.

Parlant de lui… As-tu de ses nouvelles ?  Étrangement, je m’inquiète pour lui.  Ce qui a fini par nous séparer définitivement n’a nullement été causé par lui mais je sais qu’il en a prit l’entière responsabilité. Je ne lui souhaite aucun mal. Au contraire. S’il pouvait retrouver une certaine paix intérieure et la sérénité nécessaire afin de se reconstruire, je serais la première heureuse.

Enfin ! Tu parles du beau et ténébreux Amon !  Je m’étais juré de ne plus te questionner sur lui mais là que tu en parles. Écoute, je sais que votre relation est purement platonique et centrée uniquement  sur la boxe mais… pour le peu que j’ai vu de lui et  de ce que tu me dis de lui, je ne peux que croire que c’est un homme comme lui qu’il te faut. Un mec bien foutu qui saura te challenger et te tenir  à bout de bras quand tu ne pourras pas le faire. Un ami, un amant, un confident, un complice.  Moi, en version homme, donc ! AH AH AH !!!

Merci pour la photo de Lucky. Je l’ai mise au dessus de mon lit et je la regarde chaque fois que je vais dormir. Il semble si heureux ! Je savais qu’un jour il ferait le bonheur d’une famille.  Il avait droit au bonheur et il y goûte, enfin.  Merci pour cette délicate attention.

Je joins également à ma lettre une photo de moi. Admire mon profil plus que courbé ! Je n’ai plus la silhouette rêvée pour tenir sur mes talons ! Ça me manque, aussi stupide cela puisse paraître, de porter de jolis souliers à talons hauts !  Bientôt, je l’espère ! Et nous retournerons magasiner dans ma boutique fétiche !  Promis ?

Je t’embrasse, petite fleur !

Ta Soso



À ma lettre, je joignis une photo de moi et de mon ventre bien arrondis.  Au même moment,  mon fils, ou alors ma fille se manifesta en me martelant de ses poings, à moins que ce ne fus ses pieds ?  Je plaçais ma main à l’endroit ou je ressentis les coups me surprenant, pour la première fois depuis le début de ma grossesse, à éprouver une certaine affection envers l’enfant à naître.


© Billy Lighter







I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak
Invité



MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   Lun 13 Mar - 20:21


I don't forget you

ft. Sonne Ferguson


Ma Sonne sublime,

Tu es magnifique, même avec ton ventre rond. Je n'y croyais pas avant, mais je dois bien admettre que la grossesse change le teint et le visage de la future mère. Les hormones font des choses merveilleuses, quand elles ne font pas des choses moins sympathiques.

J'ai pris quelques jours de congé. J'ai été faire quelques boutiques en pensant à toi et à ce que tu aurais bien pu dire sur tel ou tel vêtement. Je portais les talons que tu m'a offert, et crois-moi, je t'entendais marcher à coté de moi à chaque pas que je faisais. Je n'ai pas beaucoup dépensé, je n'ai pas de carte de banque magique, malheureusement. Et avec un appart à payer et moi,moi et re-moi à nourrir, c'est pas facile tout les jours.

Je n'ai pas de nouvelles d'Atticus. Disons surtout que je ne m'y intéresse pas du tout. Les hommes qui s'en prennent aux femmes, je n'ai aucune envie de perdre mon temps à penser à eux. Qu'il se débrouille, c'est un grand garçon bête, mais quoi qu'on dise ou fasse, rien n'y changera. Comme mes clients au magasin, tu as beau leur dire que, non, on ne nourrit pas un chat avec les croquettes pour chiens, ils posent quand même la question trente fois. Alors au bout d'un moment, je n'écoute plus et m'en vais, les laissant bouche bée de me voir les laisser en plan.

Mais je comprends ton point de vue. Parfois, il m'arrive de penser à mon père et d'espérer que, où qu'il soit, il soit devenu un homme bien. Qu'il rende heureux sa copine ou sa femme, peu importe. Je dois bien t'avouer que je suis certaine d'avoir des demi-frères ou sœurs. Mais je ne chercherais pas. J'ai déjà trop de mal à me gérer seule, alors des petits casse-pieds en plus, non merci.

Amon me fatigue. Physiquement. Il me fait courir, courir et encore courir. En ce moment , je suis une vrai pile électrique. Intenable. Je crois qu'avant même je n'ouvre la bouche pour lui dire bonjour, il en a déjà marre de moi. Mais j'aime bien l'embêter. Même si en soit, je ne fais pas grand chose pour, à part prendre mon temps pour faire ce qu'il me demande.

Si Amon est toi en homme, alors il y a eu un problème dans la fabrication. Mais je ne remets pas en cause ton sens de l'observation et ton jugement...
(mais je rigole quand même un peu)

J'ai mis un certain temps pour te répondre. Je m'en excuse. Ta lettre s'est perdue, je ne l'ai découvert que plusieurs semaines après. Et une fois en sécurité chez moi, j'ai du reprendre le boulot en catastrophe, mes collègues étaient tous malades, et comme par hasard, nous avions un gros arrivage d'animaux cette semaine la. La joie...

Où en est-tu dans ta grossesse? C'est pour bientôt?

S'il te plais, Sonne amie, dis-moi quand est-ce que tu reviens?

Je te fais la promesse que dès que tu reviens, on dévalise toutes les boutiques de L.A.!

Je t'embrasse,

ta Sélène qui attends.


Amon venait d'entrer dans la salle de boxe. Je cachais vite fais mon matériel d'écriture dans mon sac de sport, avant de faire semblant d'être en train de m'échauffer depuis plusieurs minutes. Il n'y verra que du feu... J'espère. Je posterais ma lettre juste après notre séance d'entraînement, quand les bras endoloris, les jambes en compote et le corps avec des bleus supplémentaires, je soulèverais avec peine mon enveloppe jusqu'à l'ouverture de la boîte.

©️ Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't forget you Ft Sonne (août 1981)[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Solveig Johansson × do not forget that the roles can be reversed. [Terminée]
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Yoho, quand sonne l'heure...[pv Luth]
» ENEYA • « never forget where you came from »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Correspondance-