AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Eddy Cort


Messages : 1748
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]   Lun 24 Fév - 19:30

"Ouais, t'inquiète, tu vas pas mourir". Je regardai Clepto dans les yeux l'air absolument pas convaincu. Cette phrases, je l'avais entendue des milliers de fois, dans les nombreux films de guerre que je me repassais en boucle. Et bizarrement, le mec à qui on disait ça avait toujours les tripes à l'air. Et il finissait bien évidemment toujours pas clamser en appelant sa maman. J'avais pas envie de crever comme ça.

Les larmes coulaient le long de mes joues sans que je ne pleure réellement. C'était juste que j'avais hyper mal et que mon corps semblait penser que ça irai beaucoup mieux si je pissais un petit coup par les yeux... Et au fond, j'étais pas contre l'idée, j'étais même pour n'importe quelle idée qui pourrait me faire du bien. Et ma main commençait à tellement me brûler que j'étais même plus vraiment contre l'idée d'en être débarrassé.

Mon regard humide se reporta encore sur Clepto et j'arrivai quand même à esquisser un pauvre sourire quand il me demanda si j'avais d'autres requêtes du même genre.

-Ouais... Continuez sans moi... Je vais vous ralentir... Permet-moi de mourir avec honneur...

Le seul truc qui me fit m'arrêter de faire de l'humour noir, ce fut un nouveau lancement dans ma main. Enfin bref... Au moins, ce magnifique trait d'esprit dont je venais de faire preuve prouvait que je n'allais probablement pas mourir malgré que je continuais à le croire.

Clepto me fis assoir et je ne pouvais pas m'empêcher de tenir ma main blessée contre moi. Le bitume brûlant à travers mon jeans était comme un rappel. Et tout me semblait en train de brûler. C'était une sensation assez désagréable. Quand je vis Clepto commencer à courir, je me demandai une seconde s'il m'abandonnait. Mais non! Cet enfoiré allait carrément se suicider en se jetant sur une voiture!!! Si je mourrais, Clepto semblait penser qu'il devait mourir aussi! Pourtant, je n'en avais jamais demandé autant à mon meilleur ami!!!

Mais la voiture, qui n'arrivait pas vraiment à vive allure, s'arrêta. De là où j'étais, je ne pouvais pas entendre ce que vociférait Clepto à travers la vitre ouverte du conducteur du véhicule. Mais apparemment, il était pas très content que l'autre lui ait fait raté son suicide improvisé.

Après une brève explication avec le conducteur, Clepto revint vers moi et me tendis la main, m'annonçant qu'on allait à l'hosto. Je pris la main qu'il me tendis et me relevait avec son aide, non sans avoir la tête qui tourna encore un bon coup. Heureusement, mon pote m'aida à aller jusqu'à la voiture et j'entrai dedans.

Une fois allonger à l'arrière, et Clepto à l'avant, je me sentis encore plus mal... Je n'arrivais plus à penser qu'à la douleur et j'avais un peu du mal à me retenir de gémir. Et j'aurais probablement carrément chialé si la douleur avait été un peu moindre et m'avait laissé le loisir de penser que, pour jouer de la guitare dans les prochains mois, j'allais pouvoir me le foutre dans le cul... A moins d'apprendre en vitesse à jouer avec mes pieds...

On arriva à l'hopital après une éternité... Je sortis directement de la bagnole et m'accrochai à Clepto de ma main libre. Je crevais les jetons en fait... J'avais déjà pas l'habitude d'aller chez le médecin même si j'y allais les rares fois où il fallait... Mais alors l'hopital, pour moi, ça sonnait la même chose que "salle de torture"...

-Faut vraiment qu'on y aille?

Je me soutenais presque autant à Clepto que je ne le retenais d'avancer. Je remerciai en vitesse le vieux qui nous avait amené jusqu'ici... Pour gagner du temps. Mais Clepto fini par me tirer en avant. On pénétra dans les couloirs blancs, jusqu'à l'accueil où une infirmière nous demanda si elle pouvais nous aider. pourt toute réponse, je lui montrai ma main à travers la vitre qui nous séparait d'elle. Là où ma peau n'était pas carbonisée, les bouts de verres flirtaient avec les cloches les plus grosses que j'avais jamais vu.

-Et j'ai mal...












EDDY


Dernière édition par Eddy Cort le Mar 25 Mar - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]   Jeu 27 Fév - 17:58

30 minutes.. 30 putain de minutes en voiture. J'étais même presque certain qu'en y allant à pieds on aurais pris autant de temps. Ce papy était vraiment à la ramasse.. Et le fait d'entendre Eddy souffrir le martyr à l'arrière de la voiture n'arrangeais rien aux choses. En plus de ça, il ne connaissait pas le trajet pour aller à l'hosto. C'était un vieux pourtant, non ? En plus de me retenir de le secouer et de l'encastrer dans le pare-brise de la voiture, je servais aussi de carte routière. En indiquant la direction au vieillard, j'avais l'air aussi stressé et impatient que possible. J'étais à deux doigts d'exploser. Il se trompais de sorties à chaque fois. Dommage que je n'avais pas le permis, ça nous aurais vraiment évité de perdre un temps fou.

Je jetais un coup d'oeil à l'arrière de la voiture chaque fois qu'Eddy s’arrêtait de gemir, pour vérifier au cas où s'il étais toujours conscient. J'avais pas non plus envie qu'il perde connaissance, on étaient déjà assez dans la merde. Allez savoir déjà comment on allais pouvoir justifier l'état de la main d'Eddy sans avoir l'air trop cons..

- On arrive, tiens l'coup mon pote..

Avant de descendre de la voiture je remercia le vieillard puis je vint aider Eddy à sortir de la voiture trop étroite et grinçante à souhaits. Une vrai tacot.. Eddy s'accrocha à moi comme pour me stopper où m'empêcher de l'emmener à l'hôpital. On avais plus vraiment le choix, si on attendais de trop on devrais l'amputer de la main, et j'en avais franchement pas envie. Autant pour moi et Roadtramp que pour lui.

- Non on est pas obligés, si tu préfère qu'on te coupe la main.. C'est à toi de voir..

Suite à mes mots, je le vis tirer une mine inquiète et écarquiller les yeux. J'en profita donc pour le trainer avec moi jusqu'à l'accueil. Là une infirmière nous questionna, avant que j'eus le temps d'ouvrir la bouche pour lui répondre Eddy trouva plus intelligent de directement lui montrer sa main. À la vue de sa main je plissa les yeux, en serrant les dents, comme si j'avais mal pour lui. Elle  se retint de toute réflexion et se contenta de poser sa main sur sa bouche en nous indiquant une salle d'attente. C'en était trop, Eddy allais finir par perdre sa main pour de bon si on attendais trop. Je m'avançais un peu plus de la vitre avant de finir par lâcher assez violemment.

- On a une gueule à attendre trois plombes dans une salle d'attente ? Vous savez c'qu'il va lui arriver au moins,  s'il est pas tout de suite pris en charge par quelqu'un ?!

Elle paru un peu effrayée sur le coup et se leva en nous indiquant qu'elle allais chercher quelqu'un. Légèrement soulagé je me retourna pour reprendre mon calme. C'était tout l'énervement accumulé depuis tout à l'heure qui venait ici même de s'exprimer, inévitablement, ça tomba sur l'infirmière, la pauvre qui n'avais rien demandé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eddy Cort


Messages : 1748
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]   Ven 28 Fév - 12:35

Dans la voiture, malgré les encouragements de Clepto, ma main me faisait de plus en plus mal... Enfin, bref, je pense que tout le monde a compris que je crevais de mal. Et j'aurais voulu moi-même encourager Clepto parce que le pauvre avait fort à faire avec son stress plus ce petit vieux qui était vraiment pas, ou plus, une foudre de guerre... Il avait bien 90 ans et ne savais même pas par où se trouvait l'hopital. Puis il avait tellement les jetons de la vitesse qu'il ne dépassait jamais les 50km/h, même là où c'était plutôt recommandé de pas aller trop lentement.

Mais on arriva quand même à destination et Clepto m'aida à sortir de la bagnole. Puis me força à entrer dans l'hopital avec des arguments ma foi forts convaincants. A l'accueil, je fit pâlir l'infirmière en lui montrant ma main. Et pour tout réponse, elle nous montra, elle, la salle d'attente.

Je sentis, bizarrement, comme si on faisait de la télépathie, Clepto qui se raidissait d'un coup. Et j'eus une sensation bizarre de reconnaître quelque chose que j'avais rarememnt l'habitude de voir de l'extérieur: une crise de colère. D'habitude, c'était moi qui les faisait, et souvent pour un rien. Mais là, autant la femme devant nous était devenue blême, autant le bronzage de Clepto avait rougit d'un coup. Et il se mit à lui hurler dessus, la faisant sursauter. Si j'avais pas eu aussi mal, j'aurais probablement éclaté de rire...

Mais comme j'avais mal, plutôt que d'être "apaisé" et amusé par la colère de Clepto, il fit monter la mienne aussi. Et je sentis, comme d'habitude, cet étau autour de mon cerveau, qui se resserrait. Et je me mis moi aussi à crier, mais avec un voix moins perçante que Clepto qui trahissait ma fonction de chanteur de métal en devenir.

-OUAIS! J'AI DEJA LA MAIN TELLEMENT CUITE A POINT QUE J'AI PRESQUE ENVIE DE LA BOUFFER!

Mais la douleur repris le dessus et j'arrêtai de crier alors que de nouvelles larmes me roulaient sur les joues.

-Putains fait chier quoi. Shootez-moi au moins à mort en attendant!

Je ne sais pas quoi, de nos cris ou de mes larmes, convainquit l'infirmière, qui était petite, grosse et devait avoir au moins 40 ans (bref, bien loin de l'image de l'infirmière idéale que Clepto et moi, on avait en tête)... Mais le fait était qu'elle nous emmena quand même dans une salle où il y avaient des instruments de tortures en tout genre. Et là, ce n'était plus des larmes qui coulaient le long de mon visage, mais des gouttes de sueurs et j'étais à deux doigts de pisser dans mon froc tellement j'avais peur.

-Bon, heu... J'ai pas si mal que ça finalement, hein... Je crois que j'ai de la pommade à la maison, je vais mettre ça et ça va aller.

Mais Clepto ferma la porte et se posta devant avec un egard qui signifiait bien qu'il ne me laisserait jamais sortir sauf si je lui passait sur le corps. Et j'étais loin de pouvoir tuer quelqu'un, surtout Clepto, alors...

Alors l'infirmière m'attrappa par les épaules et me fit assoir. Je fermai les yeux, non sans pouvoir me retenir d'ouvrir un oeil de temps en temps pour voir ce qui m'arrivait quand même.

-Oh putain, putain putainputainputaindemerde...

Je suais littéralement. Je sentis alors que quelque chose touchait ma main, un bout de tissu plein de pommade... Et s'il y avait des endroit où je ne sentait vraiment plus rien parce que les nerfs avaient été brûlés, les endroits où s'étaient nichées les cloches, par contre, faisaient super mal.

Je serrai d'abord les dents, mais ça mis pas longtemps avant que je me mette à hurler tout en essayant quand même de me retenir. Clepto s'était rapproché et j'avais choppé son bras de ma main valide et je serrais. Puis l'infirmière eu la brillante idée, non sans me prévenir, de retirer un par un les morceaux de verre. Mes cris redoublèrent.

Ma tête tourna à un moment donné et je failli m'étaler en tombant de la chaise, mais Clepto me rattrappa et essaya de garder mon attention sur lui. Je hochais la tête à ses phrases rassurantes, mais j'étais quand même complètement à l'ouest et je m'étais mis à baver parce qu'à moitié dans les vappes.

Finalement, l'infirmière me fit un bandage non sans avoir recouvert ma main de pommade cicatrisante et anesthésiante..

-Quand je pourrai rejouer?

"Pas avant deux mois." J'écarquillai les yeux.











EDDY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]   Dim 2 Mar - 15:02

En pénétrant dans la salle de soins, je voyais Eddy blêmir, et suer d'angoisse, si je n'avais pas été présent, j'imagine qu'il aurais déjà pris ses jambes à son cou et qu'il se serais enfuit de la salle en moins de deux secondes.

« Bon, heu... J'ai pas si mal que ça finalement, hein... Je crois que j'ai de la pommade à la maison, je vais mettre ça et ça va aller. » Mais le fait est que j'étais là, et que lorsque celui-ci tenta de jouer les héros en essayant de rebrousser le chemin, je m'interposa entre lui et la porte en refermant celle-ci derrière moi. On avais tellement galéré à arriver jusqu'ici qu'il pouvais se brosser pour essayer de sortir de là.

L'infirmière le fit donc asseoir et commença à soigner sa main, plutôt bien amochée.. Je me rapprochais alors pour regarder de plus près, et aussi pour tenir compagnie à Eddy, vu que je savait très bien que ce dernier avait une peur bleue des cabinets, et de tout ce qui touchait de près ou de loin au domaine de la santé. Un tas de questions me taraudaient l'esprit. Comme par exemple si il pourrait de nouveau jouer de la guitare, s'il n'allait pas définitivement perdre sa main, si non, dans combien de temps est-ce qu'on allais pouvoir re-jouer ?

Je grimaça alors lorsque j'entendis celui-ci hurler à cause de la douleur que lui infligeais l'infirmière en le soignant. Que je me souvienne, je l'avais rarement vu dans un état pareil, même quand on était gosses, lorsqu'il se blessait, il en faisait toujours abstraction en disant que ça allais.. même si parfois c'était carrément dégueu. Mais là, je voyais bien qu'il morflais à mort. J’eus un pincement au cœur en le voyant comme ça, l'idée de sortir de la pièce m'effleura même l'esprit, mais cette idée n’eut que le temps de me traverser l'esprit avant qu'Eddy m'attrape par le bras, en le serrant si fort que j’eus cru qu'il me l'aurais broyé.

Je le voyais complètement à côté de ses pompes. Sa main avait d'ailleurs lâché mon bras pour s'en aller pendre par dessus l'accoudoir comme s'il était sans vie. Il ne tarda pas à pencher petit à petit sur le côté, pratiquement prêt à tomber de sa chaise, je me redressa alors pour le rattraper, et pour venir appuyer mes mains contre ses épaules, en essayant de capter son attention.

- Hey.... hey.... Eddy !! Ça va mon pote.. ta main est déjà moins moche.. Et tu va pouvoir la garder en plus, c'est pas cool ça ?

Je l'appelais sans qu'il ne me réponde au début, je le secoua légèrement pour le réveiller, et là je le vis ouvrir à demi les yeux, et acquiescer faiblement à mes mots.

- On va pouvoir continuer à tourner avec Roadtramp !

J'essayais tant bien que mal de trouver quelque chose pour l'empêcher de s'évanouir.  En déballant tout ce qui selon moi pouvait compter le plus à ses yeux.

Une fois la séance de torture terminée, l'infirmière banda la main d'Eddy, avant de nettoyer son matériel et de ranger celui-ci. La première réaction d'Eddy fut celle de demander quand est-ce qu'il pourrais de nouveau jouer..

"Pas avant deux mois." Je voyais Eddy écarquiller les yeux.. Je m'en attendais pas à moins venant de lui. Lui qui étais habitué à jouer et à écrire, même au saut du lit.. ça allais lui changer..

- On t'as pas coupé la main, voit le bon côté des choses...

Je devais pas avoir l'air très convaincant dans ce que je venais d'avancer, j'essayais juste de tenir Eddy tranquille, ne serais-ce qu'encore quelques secondes, le temps de sortir de l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eddy Cort


Messages : 1748
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]   Dim 2 Mar - 19:43

Pendant presque tout le temps que l'infirmière me soignait, j'avais entendu Clepto qui essayait de me rassurer. Mais de très loin. De plus en plus loin. Je ne pigeais rien de ce qu'il disait mais le ton de sa voix était rassurente, ne serait-ce parce que c'était en cet instant le seul repère connu que j'avais dans cet environnement hostile. Et puis je sentais qu'il me soutenais physiquement et m'empêchait de tomber alors que je n'arrivais pas, moi-même, à avoir un peu de contrôle sur mon propre corps.

Et puis quand elle eu fini et que je hochai aux paroles de Clepto que je commençais à comprendre, je revenais tout doucement à moi. Il avait raison, Clepto, comme toujours! On allait pouvoir continuer avec Roadtramp parce que j'avais toujours ma main...

Et après quelques minutes où on me laissa vraiment me reprendre, l'infirmière m'apportant un gobelet de coca pour me redonner un coup de boost. C'est là que les choses se compliquèrent. Quand je posai LA question, le truc qui m'intéressait de savoir! Ok, ok, j'avais bien pigé que je devais changer les bandages régulièrement, que je devais mettre telle pommade, autant de fois par jour... Ouais ok ok ok... Tout ça c'était bien cool. Mais quand est-ce que je pourrais REJOUER? Ca, ça m'intéressait.

Et la réponse tomba comme un couperet. J'avais toujours ma main, mais j'étais amputé quand même. Pendant DEUX PUTAINS DE MOIS?!!! Ca me semblait une éternité! Non! C'était une éternité! Mais c'est Clepto qui se plaça directement devant moi en me disant qu'au moins, j'avais toujours ma main...

Je serrai les dents...

-Ben ça sert à quoi? Si je peux pas m'en servir?

Evidemment, c'était un peu irrationnel comme réflexion parce qu'une amputation aurait eu un caractère plutôt définitif... Tandis que là, c'était plutôt une pause. Mais ça, j'avais du mal à l'admettre. Tout ce que je voyais, c'était que j'allais plus pouvoir faire sortir un son correct de ma guitare pendant un bon bout de temps. Et au plus mauvais moment en plus vu que Roadtramp commençait seulement à se faire connaître.

On se leva et Clepto m'escorta jusqu'à l'extérieur en essayant, je le savais rien qu'à sa façon de marcher, de se tenir et de sourire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes, de me garder calme. Mais il me connaissait tellement bien qu'il devait sentir pratiquement aussi clairement que moi la crise qui s'en venait inévitablement.

Je respectai les efforts de mon batteur jusqu'à être à l'intérieur. Je comprenais que si on se faisait jeter de l'hosto, le jour où on aurait un eutre problème peut-être encore plus grave, on risquait de ne plus nous laisser entrer.

Mais une fois dehors, j'explosai, shootant et envoyant valser une poubelle en métal au bord de la route. Je shootai plusieur fois dedans avant d'entreprendre de l'écraser d'une façon méthodiquement barbare...

-2 PUTAINS DE MOIS! 2 PUTAINS DE MOIS DE MERDE! CA VA ETRE MERDIQUE! CA FAIT CHIER! ET C'EST LA MERDE!!

Une fois la poubelle bien destroy, je la ranvoyai deux mètre plus loin d'un nouveau coup de pied. Les passants dans la rue tournaient la tête vers nous, mais je les voyais pas. Et je commençais à avoir un sérieux mal de crâne. Et quand ce mal de crâne combiné à la douleur dans ma main eu le dessus sur ma colère, je me calmai et attrapai Clepto par le t-shirt de ma main valide.

-Comment on va faire....?













EDDY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fank "Clepto" Harrison
Invité



MessageSujet: Re: Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]   Mar 4 Mar - 15:00

Eddy semblait penser qu'il n'y avais rien de pire que d'être privé de jouer de la guitare pendant deux mois. Je pouvais comprendre. Je ne m'imaginais pas ne pas pouvoir jouer de batterie durant autant de temps. " Ben ça sert à quoi? Si je peux pas m'en servir? "

- Ben ce sera une bonne occasion pour devenir ambidextre.. ou apprendre à jouer avec les dents, ou avec les pieds...

J'ironisais la situation, même si ça allais s'annoncer plus difficile que prévu.

Faire semblant. Semblant de rien. J'avais eu l'occasion d'expérimenter ce comportement à de nombreuses reprises plus jeune.. J'étais doué à ce jeu là, et encore une fois j'en usais pour nous faire sortir de l’hôpital sans attirer l'attention sur nous. J'avais tout sauf envie de voir Eddy tout ravager dans les couloirs de l'hosto. Car je sentais le feu grandir peu à peu en Eddy, et plus vite on serais sortis, mieux ça se passerais pour nous..

Eddy aurait dû sauter de joie, être réjoui quant à l'idée de garder sa main.. mais au lieu de ça, il trouva le moyen de se plaindre et de s'énerver..

Une fois dehors, l'inévitable arriva. J'eus le droit au pétage de plombs d'Eddy, qui ravagea tout ce qui se trouva à portée de lui. En l’occurrence, il passa ses nerfs sur une pauvre poubelle en ferraille.. encore heureux que ce soit tombé sur la poubelle plutôt que sur moi. Je le regardais donc défouler ses nerfs sur la poubelle, et d'un air dépité je me recula un peu pour éviter de me prendre un projectile dans la gueule. Je soupirais un bon coup, et restais passif devant la colère d'Eddy.

Avec les années, j'avais fini par comprendre qu'il était impossible d'arrêter Eddy dans ces moments là.. sauf si on se jetais sur lui à plusieurs, mais à cet instant là, j'étais pas en position de force, et je préférais le laisser.. s'exprimer. Les regards se détournaient sur nous, en même temps le contraire m'aurait grandement étonné. Eddy était littéralement en train de réduire en bouillie la poubelle, ce qui eut le don de me faire pouffer de rire, bien que j'essayais de me retenir devant Eddy.

Une fois son pic de colère redescendu il se dirigea vers moi en venant empoigner mon tee-shirt, d'un air implorant. Il me posa un dilemme. Une question qui m'inquiétais depuis le début. Comment on allais faire ? Le groupe avait perdu son guitariste rythmique, pour deux mois. On avais bien un second guitariste.. Mais Roadtramp sans la niaque d'Eddy Cort, c'était clairement plus la même chose.

- Calme toi Ed...On va attendre que tu soit guéris. En attendant tu peux toujours chanter, c'est pas comme si c'était la fin du monde. Et puis.. il nous reste un guitariste.

Évidemment, il fallait que ça arrive en pleine période de pic. Roadtramp gagnait énormément en notoriété à L.A. Il nous était même arrivé quelques jours plus tôt de nous faire intercepter par des fans pour leur signer des autographes. C'était le début de la célébrité qui s'ouvrait à nous. On avais même plus besoin de solliciter les pubs, c'était eux qui venaient d'eux même nous demander de jouer chez eux. Malheureusement, on allais devoir aviser pendant deux mois.

Deux mois.. vu comme ça, ça risquais d'être assez long. On allais surtout prendre du retard avec le groupe. Pour composer, et pour jouer. A l'avenir.. pour les effets pyrotechniques, on ferais appel à des professionnels.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Take Up Thy Stethoscope and Walk *PV CLEPTO* [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Walk like an Egyptian [qui veut]
» Evie ∾ I walk alone in the unknown

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Downtown :: Hôpital-