AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 It's a kind of magic (Axel Moriarty)[DEATH VALLEY]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: It's a kind of magic (Axel Moriarty)[DEATH VALLEY]   Dim 29 Juil - 12:03

Je préfère faire les premières parties, ça me permet de profiter mieux du concert, là, je suis stressée, le trac monte peu à peu et il faut que je garde mon énergie et ma voix. J’écoute donc Roadtramp avec grand plaisir, mais je ne gueule pas derrière la scène et je danse moins. Par contre, je picole autant et, pour me donner le courage d’aller me foutre à poil sur scène, au sens figuré à priori, je l’enfile les traces de coke comme les lignes blanches d’une autoroute. Malgré mon angoisse et les inconvénients de passer après Eddy, je vais pas cracher sur l’idée géniale de Daniele pour nous emmener en tournée, je suis ravie d’en être, tout comme Sid et Deb. C’est complètement fou de partir en tournée, surtout avec mes potes de Roadtramp, et comble du délir, cette scène en plein désert à quelque chose de magique, presque mystique. Un improbable îlot de bruit au milieu du silence, un grain de culture et de fête, de folie humaine puissamment explosive au milieu du néant. Je me sens toute petite et immense à la fois, faisant partie d’un tout qui me donne sa force.

Nous avons tout juste le temps de féliciter les gars pour ce concert épique et c’est notre tour de monter sur scène. Je plaque un accord saturé sur ma gratte pour vérifier que tout fonctionne et faire un coucou au public. Je hurle :

__ Merci Roadtramp !

Je laisse le public ovationner à nouveau le groupe principal dû Sanitarium Tour, celui pour qui ils ont acheté leurs places.

__ Comme toujours, ils ont été énormes. On va tâcher d’être à la hauteur pour l’after qui va suivre !

Don't Ask Why

Voilà, j’ai assuré la première chanson sans trop de fioritures, je la connais bien depuis le temps qu’on la joue. Maintenant, le trac est tombé et je vais pouvoir me lâcher vraiment. Je ferais probablement plus de conneries, je serais moins précise, mais le spectacle sera vivant, endiablé.

__  Alors ça vous plaît de venir écouter du Rock dans le désert ?! Cet endroit est incroyable je trouve. Nous faisons corps avec l’univers, alors on va lui envoyer les bonnes ondes de la fête et de la débauche. DROGUE ! SEXE ! EEEEEEEET ROCK  N'ROOOOOOOOLL !

Who Are You?

__  Si vous connaissiez Tiny Suicide, vous aviez déjà entendu ces chansons, mais on a pas mal écrit depuis. J’espère que les nouvelles compo vous feront danser sur les tombes de la Death Valley !

I'm sorry

Je suis déjà bouillante, heureusement, l’air frais de la nuit désertique me fait du bien. Je bois un coup de bière et m’éponge le front avant d’enchaîner.

When I get mad

__  Vous pouvez demander à Eddy, quand je pète un plomb, c’est vraiment pas beau à voir. Mais vous, vous me donnez plutôt envie de danser ! J’espère que c’est réciproque, si non, buvez un coup, pétez un coup, baisez un coup et ça ira mieux !

Wargasm

__  Faites l’amour, pas la guerre ! parfois je ferais bien de suivre mes propres préceptes...

Je bois un coup, m’essuie au mieux mais je transpire comme un boeuf. Qu’importe, je suis en plein rêve éveillé, c'est vraiment géant d’être là et les gens sont super réceptifs. Merci Eddy de les,avoir chauffés à blanc pour nous. Je crois que tout le monde est tellement high, noys comprises, qu’on est sur orbite et pas prêts à redescendre de notre petit nuage. Il pourrait bien se passer n’importe quoi, le jugement dernier, que nous serions toujours en train de danser.

Pain again

__  Buvez pour oublier !

Je descend une canette de bière tout en faisant une distribution gratuite aux premiers rangs, je créé ainsi sans le vouloir un mouvement de foule auquel, heureusement, la sécurité, met rapidement fin. Moi et mes mauvaises idées.

Unity

__  J’aime être avec vous. On pourrait rester ensemble ! Ensemble et soudés ! Mais il est temps de te quitter. J’espère qu'on se retrouvera bientôt !

Ovation de foule en délir, canettes qui volent, rappel. L’accord saturé remplit le vide du désert et le premier rif commence. C’est parti pour la dernière chanson qui pourrait bien être ma dernière à jamais, alors je donne tout ce qui me reste d’énergie et de folie pour terminer en beauté.

I'm gonna get U

Impro totale pendant 5 bonnes minutes en fin de morceau, on part un peu dans tous les sens, mais on finit toujours par se retrouver et on se marre. Je commence par un solo de guitare puis je marche comme un robot pendant que Sid se lâche. Et badaboum badadam, c’est Deb qui nous emmène dans son univers. On repart sur le rif de la chanson et je répète le refrain en grognant, en hurlant. Je suis essoufflée, ça s'entend mais peu importe. Je cours de bout en bout de la scène : “one way or another”. “get yah,  get yah, get yah, get yah,  get yah, get yah,  get yah, get yah, get yah,  get yah, get yah” je saute sur place. Je fais des allers retour sur le manche en grattant les cordes pour en sortir un bruit furieux. Puis je termine sur le rif et tout s’arrête.

Le public applaudit, cool, ca semble leur avoir plu. J’en profite pour descendre une bière.  J’ai tellement chaud que j’ai l’impression d'être en feu. Pourtant, trempée comme je suis, je risque pas de brûler.

__  Merciiiiiiiiiiii !

Ce qui nous caractérise, c’est la débauche d’énergie dont nous faisons preuve sur scène. Tout n’est pas parfait techniquement, il y a des fausses notes, pas trop sur les morceaux qu’on joue depuis longtemps, mais on maîtrise moins les nouveaux. Des erreurs rythmiques rattrapées tant bien que mal par Deb qui est notre gardienne à toutes. Les bafouilles et les erreurs dans les paroles sont ma spécialité, j’ai toujours eut un mec fou à apprendre par coeur, même les textes de mes putain de chansons que pourtant j’écris. L’avantage de ce défaut c’est qu’au fil du temps, j’ai appris à retomber sur mes pattes en cas d’erreur et à continuer le show sans paniquer. Les mots finissent par revenir, surtout si je fais pas une fixation dessus, aloès je me permet de yaourt et des onomatopées pour mieux repartir. Je me souviens de mes débuts, c’était une trouille qui me tenaillait pour pas zapper le texte, tellement que j’avais toujours mon cahier de chansons avec moi sur scène, ne serait-ce que pour le rassurer.

Quoi qu'il en soit, ce qui est sûr, c’est qu’on donne tout ce qu’on a dans le ventre et même plus. On finit toujours lessivées mais heureuses, très heureuses même, d’avoir partagé un bon moment entre nous d’abord, pratiquant notre passion sans entraves et dans la joie, et avec le public ensuite, qui nous rend, le plus souvent au centuple, l’énergie qu'on leur donne. C’est jouissif et en quittant la scène, je jette un coup d’oeil en arrière avec un sourire, ma gratte dans le dos. C’était vraiment un bon concert qu’on a fait là. Peut être pas le meilleur techniquement, mais l’un des tout meilleurs en terme de vibrations, d’énergie, du public.

Les gens partent, déjà la foule est clairsemée, des roadies installent des fauteuils type producteur de cinéma et une petite table sur la scène. On va se débarbouiller un peu et on remonte pour l'interview. Les projecteurs sont presque tous éteint, il y a juste de quoi nous éclairer nous et le redouté Moriarty. Est-ce que j’ai peur ? Non. Je m’en fous, j’ai kiffé comme jamais et je sais que tout n’est pas parfait. On est pas des perfectionnistes super bosseuses, on est des Punk, les coquilles sont presque notre marque de fabrique. Il ne peut pas gâcher la fête avec son avis qui compte si peu à mes yeux. Je m’attends pas à être encensée, mais ce qui compte à mes yeux, c’est d’avoir passé un bon moment et fait passer un bon moment à ceux qui sont venus. Après c’est sûr, une bonne critique serait un énorme tremplin pour signer chez BSC, surtout après ma grosse bourde de la veille. Mais moi, ce genre de considération politique, ça me passe au dessus.

Je trouvais l’endroit mystique avec tout le monde partout, les lumières et le bruit, maintenant, ca à quelque chose de flippant, toujours magique, mais du côté obscure de la force. Mais passons, le journaliste ne devrait pas tarder à apparaître sous la lumière aveuglante de la poursuite, dernier vestige de l’éclairage outrancier qui nous tenait si chaud quelques dizaines de minutes auparavant. Je porte porte toujours et comme d'habitude, mes fringues fétiches : Un débardeur noir large avec une tête de poupée destroy avec un flingue sur la tempe peinte dans le dos. En haut Tiny Suicide écrit avec des punaises argentées et “Born to be Punk” peint en bas. Queen of Sabba écrit sur mon sein droit. Le bas du top est rentré dans une mini jupe en tulle noire façon tutu dotée d’une ceinture large en satin fushia. Avec ça, des collants résille déchirés et des bottes militaires noires avec des lacets fushia, un bracelet en cuir clouté au poignet droit et un long collier fait de capsules de bière enfilées sur un ruban fushia. Mes cheveux sont lâchés et en bordel, encore tout mouillés et assez dégeu, mes yeux ourlés de noir, mes lèvres rouges. Bien sûr, les filles avec leur style propre bien que nous ayons toutes le même débardeur gender fluid tatoué(e) pour Deb, Jean casual pour Sid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: It's a kind of magic (Axel Moriarty)[DEATH VALLEY]   Mar 7 Aoû - 16:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]It's a kind of magic
ft. Meg "Delta" Tyler


Le début de tournée offrait déjà son lot de surprises. La première, c’était que la jeune Olivia Cortez soit plus qu’à la hauteur de l’évènement. Elle a offert un concert presque parait qui prouvait qu’elle gérait mieux cette aspect-là de son métier plutôt que les interviews. La seconde surprise venait de Daniele Ricci. Le manager italien avait eu l’audace de programmer Tiny Suicides juste après Roadtramp. Un concert non-officiel qui pouvait ressembler à un pied de nez à son ami Jimmy Reed.

Quand j’ai appris que le groupe de filles allait se produire ce soir, j’avais tout fais pour obtenir une interview avec le groupe. La secrétaire de Ricci, la remplaçante de Sonne, m’avait gentiment booké ça juste après le concert de Tiny Suicides. Tout ça était tellement facile quand on brandissait la carte de Guitar&Pen. Les gens refusaient rarement une interview d’un magazine spécialisé.

J’avais de nombreuses questions à poser aux membres de Tiny Suicides mais avant ça, je m’étais mis à une bonne place pour apprécier leur concert. Meg, Sid et Deborah entrèrent sur scène et commencèrent leur show. Tout de suite, on sentit toute l’énergie du groupe. Il n’y avait pas de doute : leur envie d’être là se voyait et se sentait. Tiny Suicides donnaient tout. Leur chanteuse, Delta, était le moteur du groupe et incitait, entre chaque chanson, le public à boire et danser. C’était un groupe à l’image de Ricci. Débauché.

Tiny Suicides montraient ce qu’elles savaient faire en proposant des anciens titres comme des nouveaux. Delta se trompait de temps en temps dans les paroles voir c’est le groupe entier qui se trompait de rythme mais ça n’entamait pas l’enthousiasme du public. Mais, moi, je savais que je pourrais les reprendre là-dessus. D’ailleurs, ce soir, je pouvais me montrer acerbe à souhait… Après tout, Tiny Suicides ne faisaient pas partie de BSC. En toute objectivité, on pouvait bien se demander pourquoi tellement le groupe était bon mais Jimmy devait avoir une bonne raison.

Le concert continua à battre son plein et Delta était tellement dedans qu’on frôla la catastrophe avec ce petit mouvement de foule. Ça m’arracha un sourire jaune car ça m’avait vaguement rappelé l’émeute du concert de Saint-Louis pendant la tournée The Lightening/Roadtramp de l’an dernier. Ce jour-là, il n’avait fallu qu’une bouteille pour mettre le feu aux poudres.

Mais, ici, aucune conséquence, ce qui me permis de me détendre pour écouter la fin du concert et profiter de la vulgarité de Tiny Suicides. Elles eurent le droit au rappel signe d’un concert réussi avant d’achever leur show par un morceau où elles partirent toutes dans des solos avant de remercier le public qui leur offrait une ovation. Est-ce que ça sera suffisant pour faire plier Jimmy Reed ? Rien n’était moins sûr.

Les gens commencèrent à quitter la salle et les roadies commencèrent à débarrasser la scène pour préparer l’interview. J’avais demandé à ce que l’interview se fasse sur scène pour rendre ça plus officiel et plus impressionnant.

Je me dirigeai vers les coulisses avant l’interview. J’y avais accès grâce à mon pass. Là, je pouvais m’imprégner de l’atmosphère qui régnait sur la tournée. Je croisai quelques roadies avant de rejoindre la scène où m’attendaient les Tiny Suicides. J’étais armé de mon dictaphone. Je n’allais pas rater une miette de ce que les filles allaient me dire.

Je leur souris d’un sourire mielleux. Elles étaient toutes habillées dans leur style respectif.

-Bonsoir.


Je m’installai face à elles éclairées que nous étions par les spots.

-Tout d’abord, félicitations pour votre concert. C’était une grande réussite. La cerise sur le gâteau d’une grande soirée, sans aucun doute.

Mon sourire restait accroché à mon visage.

-Qu’est-ce que ça fait de faire votre premier concert sur une si grande scène et devant un public aussi nombreux ?


J’avais déjà, subtilement, allumé mon dictaphone pour ne rien rater.

@ Billy Lighter


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I lead a reckless life and I don't need your advice [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's a kind of magic (Axel Moriarty)[DEATH VALLEY]   Mar 7 Aoû - 23:34

Je profite du court répit entre le concert et l’interview pour snifer quelques lignes de coke avec Sid et Deb roule un joint. On fume vite fait, mais sur scène, Daniele nous a interdit de montrer la moindre drogue à Axel Moriarty. Pas grave, on se contentera de cloper et de boire des bières. Je trouve ça ridicule, le fait que je me drogue n’est un secret pour personne, j’en fais pas tout un fromage. Pourquoi en faire une affaire d’état ? On est pas obligé de prendre des prods pour faire du Rock, mais c’est plutôt légion dans ce milieu, d’ailleurs je parie que même ce gratte papier a déjà essayé. Faut pas mourir idiot, tenter toutes les expériences que cette vie nous offre, au moins pour savoir ce que ça fait. Après, on aime on aime pas, c’est une affaire personnelle. Moi j'aime, j’adore même, je me sens vivante, sans limite, invulnérable. Mes blessures se font oublier l'espace de quelques heures où je peux arrêter de penser et simplement vivre, être, libérée de mes peurs. Ne pas savoir que BSC ne nous a toujours pas signé, que les codes sociaux me font chier. L’instant présent est alors tout ce que je ressens et il est bon de se laisser guider par cette fête qui coule en moi et à l’extérieur de moi. En réalité, une seule autre chose me fait cet effet là en dehors de la défonce : chanter.

Le journaliste s’installe et nous félicite, il a l’air enthousiaste et ravi du concert, plutôt sympa avec ça. Je ne remarque pas qu’il a allumé le dictaphone, mais je sais bien que l’interview a commencé. C’est notre grande première ce soir, à tous les niveaux. Serait-on en train de faire nos débuts dans la cour des grands ?

On répond toutes les trois en choeur :

__ Merci.

C’est une bonne entrée en matière pour un entretien avec le journaliste phare de guitare&pen, s’il a vraiment aimé le concert, on pourrait avoir un bon article. Les filles et moi sommes satisfaites de notre prestation malgré les petits accrocs. Le punk est aussi vivant grâce aux imperfections, si non c’est de la pop. Mais entre nous, notre délir, notre musique, notre énergie et notre passion et ce que Jimmy Reed apprécie, il semble y avoir un gros fossé.

__ Franchement, c’est énorme.
__ Merci Daniele ! ajoute Deb en levant sa bière à la santé du manager qui a probablement d'autres chats à fouetter.
__ On est super contente d’être là. Avec nos potes de Roadtramp en plus, c’est la folie. Ils ont fait un super concert d’ailleurs.
__ Le public était chaud bouillant. Sid et ses interventions capitales.
__ Ca fait vraiment plaisir de jouer avec des gens aussi réceptifs. Ils nous ont offert une très belle énergie. C’était un grand moment de punkitude. Et puis, le désert a quelque chose de magique, et une scène ici, c’est l’hallu totale. On se sent en communion avec les éléments. L’infiniment petit, la note de musique ou le grain de sable s’unissent pour former un tout, le désert, la musique. Et tout ça vibre ensemble dans l’univers et c’est magnifique.
__ Mmmmmouais, faut pas trop écouter Delta quand elle part dans ses délires. lance Deb, moqueuse
__ Mais c’est vrai !
__ Oui Delta, c’est magique et on a sacrément bien vibré avec l’univers ce soir. Où si non t’as juste oublié ton god dans ta fouffe. le ton condescendant au possible, heureusement que c'est la pote et que je sais que, même si elle trouve que je vais trop loin avec les théories, elle me respecte.
__ Putain t’es con. j'en ai avalé m'a bière de travers et je l'étouffe à moitié.

C’est hyper dégueu, mais c’est drôle, y’a pas à dire, Deb touche toujours sa cible quand elle envoie une vanne. On se marre toutes les trois. Pas sûr que notre humour soit du goût du journaliste, mais on s’en fout complètement. On est pas dû goût de tout le monde et d’ailleurs, tout le monde n’est pas à notre goût non plus. C’est la vie ![/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: It's a kind of magic (Axel Moriarty)[DEATH VALLEY]   Jeu 9 Aoû - 11:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]It's a kind of magic
ft. Meg "Delta" Tyler


Les filles des Tiny Suicides semblaient heureuse même si je pouvais facilement voir dans leur yeux la drogue qu’elles venaient de prendre. C’était très facile à reconnaitre pour un ancien consommateur comme moi… Mais savoir que les Tiny Suicides prenaient de la drogue n’était pas un scoop… D’ailleurs, savoir que des rockstars prenaient de la drogue n’était, en général, pas un scoop. Beaucoup en prenait… C’était plus un scoop de savoir qui n’en prenait pas.

Les trois filles s’installèrent et je les complimentai sur leur concert. Elles me remercièrent en cœur toutes les trois. Elles dégageaient toujours la même énergie qu’au concert et ne semblaient pas trop angoissé à l’idée de faire une interview avec moi.

Je posai la toute première question. C’était plus une entrée en matière qu’une question. Sid répondit en premier, puis Deborah enchaina en remerciant Ricci qui était leur manager. Mais c’est Delta qui se fit plus loquace déclarant qu’elles appréciaient beaucoup Roadtramp et que le public avait été très réceptif. C’est vrai. Le public avait été très enthousiaste pendant tout le concert des filles. Elle y alla d’une analyse plus mystique en faisant référence au désert ou nous nous trouvions. Deborah se moqua un peu de Delta dans une bonne humeur et une complicité qui montrait que ce groupe était soudé. Rien que le fait qu’elles soient toujours ensemble malgré le manque de signature prouvait la solidité du groupe. Même si c’est souvent une fois la célébrité acquise que les choses dégénèrent en général.

Je rigolai à leurs interventions vulgaires. Elles étaient à l’image de ce qu’elles avaient montré ce soir. Delta avala se bière de travers et j’affichai un sourire en coin.

-En effet, votre groupe a emballé le public ce soir ! Vous avez, d’ailleurs, monté que vous aviez tout un répertoire de nouvelles chansons. Où puisez-vous votre inspiration ? Est-ce vos expériences personnelles, des faits de société ou bien un mélange des deux. Avez-vous des influences particulières ?

Le public n’avait pas la chance de lire, souvent, des interviews de Tiny Suicides alors j’en profitais pour leur faire découvrir l’essence même de leurs chansons. Tout ça avant de passer à des questions qui me permettront de savoir si les filles géraient mieux les interviews que d’autres artistes qui étaient passé devant moi. Et, dans le cas de Tiny Suicides, il y avait pas mal de questions à poser surtout en ce qui concernait BSC.


@ Billy Lighter


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I lead a reckless life and I don't need your advice [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: It's a kind of magic (Axel Moriarty)[DEATH VALLEY]   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's a kind of magic (Axel Moriarty)[DEATH VALLEY]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kali Moriarty
» Age of Magic
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» Dean Moriarty
» Axel Haire [Pouff']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-jeu :: Archives :: Sujets archivés-